Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

470 714 Professionnels
6 760 Offres d'emploi
1 032 231 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

470 714 Professionnels
6 760 Offres d'emploi
2 064 462 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 04/06/2020 par

Aéronautique - un secteur qui pourrait connaître de profonds changements après le coronavirus

Si le secteur aéronautique fait parti des secteurs stratégiques de toutes les économies, il n’est est pas moins fragilisé depuis le début de la pandémie mondiale de coronavirus alors qu'il était déjà en pleine mutation.

Aéronautique - un secteur qui pourrait connaître de profonds changements après le coronavirus

L’économie française peut se reposer sur deux secteurs pour entraîner son économie, le luxe avec le mastodonte mondiale LVMH et l’aéronautique avec Airbus en tête de pont.

Si le secteur aéronautique fait parti des secteurs stratégiques de toutes les économies, il n’est est pas moins fragilisé depuis le début de la pandémie mondiale de coronavirus.

La semaine dernière nous vous parlions de la crise qu’a traversé le marché pétrolier. Parmi les origines de cette crise on retrouve le secteur aéronautique !

Au plus fort de la crise, l’ensemble des compagnies aériennes avaient été contraintes de suspendre leur vols et leurs liaisons aussi bien sur le territoire national, européen ou vers l’étranger. C'est 98% du traffic aérien mondial qui était à l'arrêt. Avec l’ensemble des flottes clouées au sol, la demande de pétrole s'était effondrée au même rythme que les recettes des compagnies aériennes.

Le tableau d'OAG ci-dessous traduit cette baisse d'activité en comparant le nombre de vols programmés par rapport à l'année dernière:

Un Secteur sous Pression Avant la Crise

Et c’est bien, du côté de la trésorerie, que le secteur aérien est le plus vulnérable. Le manque de trésorerie des compagnies aériennes lié aux pertes d’exploitation risque de se répercuter sur l’ensemble de la filière à commencer par les constructeurs comme Airbus et Boeing, puis les sous traitants comme Safran, Thales, General Electric...

La rentabilité est une préoccupation majeure sur laquelle les compagnies aériennes travaillent depuis de nombreuses années et qui s’est renforcée depuis l’arrivée des compagnies low cost et la guerre des prix.

Les constructeurs Boeing et Airbus ont multiplié les investissements et la recherche afin de développer de nouveaux appareils consommant moins de carburant et pouvant accueillir toujours plus de passager dans un même volume.

On pourra d’ailleurs noter que l’aéronautique est, de ce point de vue, l’un des rares secteurs à avoir massivement investi dans la réduction des émissions carbones puisque cela contribue à réduire leurs coûts.

Chute Spectaculaire du Prix des Actions

Dès le mois de février et la multiplication des fermetures d’aéroports, interdictions de vols et autres mesures de restrictions impactant le secteur aérien, les cours boursiers des compagnies aériennes et des constructeurs se sont effondrés.

Les mois de février et mars ont concentré le gros de la baisse tandis que les mois d’avril et mai ont marqué la majorité des plus bas atteints et le début d’une stabilisation des prix voir d’un léger rebond.

Constructeurs

Fevrier

Mars

Avril

Mai

Airbus

-19,90%

-45,09%

-3,09%

+5,11%

Boeing

-15,08%

-46,17%

-5,36%

+3,93%

Compagnies Aériennes

Février

Mars

Avril

Mai

AirFrance KLM (AF)

-19,09%

-24,74%

-10,14%

-7,71%

Delta Airlines (DAL)

-20,33%

-36,82%

-9,08%

-2,81%

Lufthansa (LHA)

-16,88%

-24,79%

-2,39%

+13,33%

Ryanair (RYAAY)

-23,00%

-24,80%

+19.94%

+12,47%

American Airlines (AAL)

-29,26%

-36,01%

+4,89%

-6,92%

China Southern Airlines (ZNH)

-4,35%

-19,40%

+20,06

-15,16%

 

Source: quotations MetaTrader 5 Admiral Markets, du 1er Février au 31 Mai 2020, édité le 04 Juin 2020.

Des Compagnies Aériennes en Manque de Cash

En pleine guerre des prix, la trésorerie est le nerf de la guerre pour les compagnies aériennes. Ces dernières années les restructuration se sont multipliées, les business modèles ont fortement évolué s'accompagnant d’intenses programmes de réduction des coûts ou de changements de politiques de gestion du personnel (baisse des salaires, augmentation du temps de travail etc.).

Les pertes liées à l’arrêt de l’activité ont mis bon nombre de compagnies aériennes dos au mur. Elles furent parmi les premières entreprises à demander en urgence des aides à leurs états respectifs, comme Air France avec une aide de 7 milliards d’euros, Lufthansa avec 9 milliards d’euros ou encore Alitalia et ses 3 milliards d’euros.

L’objectif est double pour les gouvernements: empêcher les faillites dans un secteur stratégique, et réduire au maximum les plans sociaux et licenciements dans l’ensemble de la filière.

Car de l’activité des compagnies aériennes dépend l’activité des constructeurs qui craignent des annulations massives de commandes pour de nouveaux appareils, d’autant que ces dernières années les records de commandes se sont succédés. Enfin, derrière les constructeurs se trouvent les sous-traitants et fournisseurs de pièces, eux aussi en grande difficulté comme Safran et Thales en France, ou General Electric l’un des principaux fournisseurs de moteurs avec Rolls Royce.

Un Long Retour à la Normale

Le signal de reprise des cours et d’un rally haussier ne pourra venir que des compagnies aériennes. Or à court terme le secteur peine encore à sortir la tête de l’eau: les USA et l’amérique latine sont encore en pleine pandémie, les réouvertures de liaisons devraient être annoncées au compte-gouttes et la reprise s’annonce lente.

AirFrance envisage de rouvrir 15% de ses vols d’ici fin Juin, Ryanair 40% à compter du 1er Juillet. Aux Etats-Unis, en décalage avec l'Europe au niveau de l'impact de la pandémie, les compagnies aériennes prévoit un fort ralentissement pour l’été, American Airlines envisagent jusqu’à -75% de sa capacité sur les vols intérieurs.

Pour l’instant c’est surtout Ryanair qui tire son épingle du jeu après l’annonce de la mise en place d’un plan de restructuration qui inclut la fermeture de plusieurs sites et des licenciements. Le patron du groupe en a également profité pour tacler ses concurrents qui bénéficient d’aide de l’état en les traitant de “junkies” et annoncé déposer plaintes contre le sauvetage de Lufthansa par le gouvernement allemand estimant que cela fausse la concurrence.

Cette dernière action pourrait avoir des conséquence à moyen long terme. Si l’Europe devait se prononcer contre le sauvetage et le soutien de ses principales compagnies aériennes, le rebond entamé en Juin pourrait être avorté au printemps et une nouvelle baisse serait à envisager pour les compagnies les plus en difficultés.

Vers un Rally Haussier Soudain à Court Terme

Bien que les investisseurs et les compagnies aériennes restent actuellement sous pression, le mois de Juin pourrait signer le départ d’un rebond rapide.

En effet la décision de la Chine de rouvrir les vols internationaux et l’optimisme des marchés pourraient favoriser un rebond rapide des cours. Le soutien des états apporté à l’ensemble des acteurs du secteur et l’aide indirecte des banques centrales pour l’ensemble des marchés pourraient permettre aux compagnies aériennes de récupérer une bonne partie de la baisse de leur cours d’ici la fin de l’été.

Cependant, il faut être vigilant sur le moyen long terme. La crise a aussi permis de mettre en avant des enjeux écologiques et une volonté des gouvernements européens d’accélérer la réduction de l’empreinte carbone avec des mesures telles que la limitation des vols à courte distance.

Si ces mesures devaient se confirmer, cela reviendrait à imposer un nouveau frein au secteur qui devra accélérer sa transformation avec d’importants investissements et surtout s'adapter aux nouveaux comportements de consommation de sa clientèle plus soucieuse de son empreinte environnementale.

Les Constructeurs Plus Préoccupants

Pour ce qui est des constructeurs Boeing et Airbus, la situation est un peu plus préoccupante.

Rappelons que depuis le début des années 2000 les deux constructeurs ne cessent de s’affronter sur des questions de concurrence déloyale. Airbus avait été épinglée par l’OMC en décembre 2019 pour subvention illégale, et Boeing avait profité de dumping fiscal devant être pénalisé en 2021.

Alors que la crise de covid19 frappe de plein fouet les deux géants mondiaux, ils restent fragilisés par le besoin de faire d’importants investissements dans une période où ils manquent de liquidités.

Boeing est toujours empêtré dans la crise du 737 Max, son nouvel avion vedette qui avait été cloué au sol après deux crashs mortels. L’autorité de l’aviation américaine n’a toujours pas donné son feu vert sur les nouvelles modifications apportées. Or ce modèle devait assurer la survie à moyen terme de l’entreprise qui doit faire face à des retards de livraisons et des indemnités à verser aux compagnies clientes.

Du côté d’Airbus, l'arrêt de l’A380 reste problématique, cet avion qui devait être le nouveau super jumbo d’Airbus n’a pas su séduire car trop coûteux, trop gourmand en kérosène et trop difficile à remplir, trois échecs face aux enjeux majeurs de sa clientèle. En parallèle il faut aussi rappeler qu’Airbus a été pointé du doigt par l’OMC à plusieurs reprises ces 4 dernières années pour avoir bénéficié de subventions illégales. Cette incapacité historique pour Airbus à poursuivre ses activités sans subvention soulève également des questions quant à la viabilité de son modèle économique.

On pourrait donc assister à un rebond à court terme des titres des deux géants mondiaux qui profitent d’être des actions solides (qui sont et seront soutenues par leurs états respectifs) à prix cassé, mais les défis à venir sont également importants, tant du côté européen qu’américain. Un retour aux récents plus hauts semblent donc difficile à envisager en l’absence d’une relance du 737 Max pour Boeing, et d’investissements ou nouvelle stratégie à long terme pour Airbus.

Une Évolution du Secteur

Avec de nombreux défis à relever, le secteur de l’aéronautique pourrait être amené à connaître de profonds changements avec une possible concentration du marché.

L’émergence de la question environnementale et l'accélération du calendrier amèneront à des changements significatifs des business modèles et certaines compagnies pourraient choisir de fusionner pour assurer leur survie à long terme ou de renforcer leurs alliances.

En cas d’absence de changements profonds et de réorientations stratégiques, cette crise pourrait accélérer le développement des compagnies asiatiques encore peu présentes en Amérique du Nord et en Europe en dehors de partenariats avec des compagnies locales. Celles-ci peuvent profiter des savoir faire acquis grâce aux implantations en Chine et cela s'insritait de la ligneé des nombreux investissements de conglomérats chinois dans des aéroports européens.

1 commentaire

Ibrahim Akondé
Signaler

Ibrahim Akondé

Alors quelle conclusions ont ils trouvé ?

| Répondre | le 01/07/2020

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter