Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

435 373 Professionnels
8 755 Offres d'emploi
875 295 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

435 373 Professionnels
8 755 Offres d'emploi
1 750 590 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 12/07/2011 par

Air France dévoile sa riposte aux low-cost.

 Afin de répondre à la concurrence accrue de compagnies telles que easyJet ou Ryanair, Air France mise sur un nouveau modèle à travers sa filiale Transavia : des vols au départ de Marseille à prix réduits, mais avec un service digne d'une compagnie traditionnelle, afin de regagner les parts de marchés qu’elle a perdues au profit des low-cost. 

Une baisse des prix basée sur une hausse de la productivité des entreprises

   Ce n’est pas moins de treize destinations qui verront le jour au départ de Marseille dès le mois d’Octobre. On peut compter parmi celles-ci : Biarritz, Athènes, Moscou mais aussi Istanbul, Beyrouth et Casablanca. L’ouverture de la base de Marseille sera suivie par celles des villes de Nice, Toulouse et Bordeaux l’an prochain. L’ouverture de ces nouvelles bases correspond à la première vague de délocalisation d’Air France. Cette politique suit la logique du concept de « bases de provinces » imaginé par la direction du groupe, il consiste à répartir le personnel naviguant majoritairement originaire du Sud sur l’ensemble du territoire. Par conséquent les équipages ne seront plus obligés de remonter sur Paris ; ce qui réduit les coups de manière non négligeable. Grâce à ce dispositif, le personnel gagnera du temps, et des conditions de travail plus agréables avec une hausse de 15% de la rémunération et des jours de congés supplémentaires, cependant il verra sa productivité croître de 25%. Le modèle utilisé est aussi économe car la flotte sera principalement composée d’Airbus A320 de 142 à 178 sièges, permettant d'optimiser la consommation de carburant et de rationaliser les coûts en termes d'entretien et de maintenance, et enfin d'accroître la durée d'utilisation journalière des appareils.

 Le prix des billets est pour l’instant fixé aux alentours de 50 euros. Ce prix comprend 21 euros de taxes, le paiement par carte et les services gratuits spécifiques à Air France resteront gratuits. En effet, la compagnie aérienne n’a pas l’intention de réduire sa qualité de service conformément aux propos de son directeur général Pierre Henri Gougeon. Cette stratégie s’oppose totalement à celle des compagnies low-cost traditionnelles telles qu’Easyjet et Ryanair qui facturent l’enregistrement en ligne et le choix du siège. Uniquement les destinations françaises ou du type Düsseldorf ou Prague seront concernées par le prix de départ tandis que les autres destinations seront réparties entre 3 grilles de prix.

Une politique qui ne fait pas l’unanimité auprès du personnel

Même si les pilotes ont approuvé la nouvelle politique de la compagnie avec 55% de votes favorables. Il n’empêche que l’écho est tout autre auprès des hôtesses et des stewards. Les trois principaux syndicats de ce corps professionnel ont décidé de ne pas ratifier l’accord avec la compagnie arguant qu’il n’était pas envisageable de revenir sur les acquis sociaux des dernières décennies selon les paroles de Philipe Sportès responsable Unsa.

Il est hélas important pour la compagnie de régler ce problème au plus vite car la grogne monte déjà chez ses concurrents low-cost. Une grève du personnel aérien de la compagnie aérienne low-cost Ryanair est attendue cette semaine. Et une prise d’ampleur du mouvement pourrait paralyser le projet. Cela pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour l’entreprise qui souhaite attirer pas moins de 4,5 millions de voyageurs supplémentaires par an dès 2012 soit la moitié du trafic d’Easyjet sur le territoire français. De quoi se frotter les mains…

 

 

A Propos de l'auteur

Bachir AMAR
Stage en Fusions Acquisitions, fonds d'investissement, conseil (6 à 9 mois)

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter