Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

475 140 Professionnels
4 331 Offres d'emploi
1 033 396 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

475 140 Professionnels
4 331 Offres d'emploi
2 066 792 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 04/05/2020 par

Analyse des marchés financiers

L’évolution du Coronavirus a pris une ampleur que nul ne pouvait imaginer, marquant un coup de frein sans précédent dans l’activité économique de notre pays, et plus globalement de la planète. Cette crise nous atteint quotidiennement, personnellement et pour beaucoup professionnellement.

Analyse des marchés financiers

Les chiffres pleuvent…

 

…et le regard des investisseurs se porte principalement sur trois écrans : celui des indicateurs économiques qui intègrent désormais la mise sur pause de l’activité mondiale depuis mi-mars ; celui de la liste des annonces successives des plans de soutien à l’économie, et enfin celui des courbes de tendance de la pandémie à travers le monde.

 

Si les mesures de confinement prises aux quatre coins de la planète semblent commencer à porter leurs fruits selon le corps médical, cette tendance encourageante ne peut se poursuivre qu’avec le prolongement du confinement. Le 11 mai en France, le 3 mai en Allemagne : les dates de sortie progressive pourront encore évoluer mais elles confirment que la pause de l’activité va encore durer de longues semaines.

 

Les premiers indicateurs intégrant le mois de mars sont publiés les uns après les autres. Révision des projections de PIB et de déficit, ralentissement des ventes de détail, production industrielle, résultats des entreprises, nombre de chômeurs : les chiffres qui reflètent la réalité concrète de l’impact de l’arrêt de l’activité de la planète sont, comme attendus, naturellement désastreux. Les niveaux observés sont comparés tantôt à la crise de 1929 tantôt à la Seconde Guerre mondiale.
Il est très important d’analyser ces chiffres avec précaution. Car, si la baisse de l’activité et les difficultés des entreprises sont bien réelles, il ne faut pas oublier que le monde a été mis à l’arrêt du jour au lendemain. Comparer les indicateurs et les résultats avec les chiffres habituels est donc un exercice périlleux. 
Dans ce contexte, les marchés réagissent légèrement à la baisse sans mouvement de panique toutefois, les impacts ayant été déjà largement anticipés.

 

En contrepoids, la gestion de crise se poursuit du côté des gouvernements et des mesures toujours plus nombreuses sont annoncées.
 

Vendredi 10 avril, les Etats membres de l’Union Européenne se sont mis d’accord sur un plan de relance, très attendu, de plus de 500 milliards d’euros. Le plan prévoit 200 milliards d’euros de prêts pour les PME, 100 milliards d’euros de soutien au chômage partiel, ainsi que 240 milliards d’euros d’aides via le mécanisme européen de stabilité (plan de secours de la zone Euro). Si l’ampleur du plan a rassuré les investisseurs, cela représente également l’aboutissement de négociations longues et complexes. Il a été accueilli sous les applaudissements de l’ensemble des acteurs économiques.

 

En France, l’extension du plan de soutien gouvernemental a été annoncée mercredi 15 avril par Edouard Philippe, le portant à 110 milliards d’euros contre 45 milliards d’euros initialement prévus, suite à la prolongation du confinement.

 

Aux Etats-Unis, au-delà du plan de relance de 2000 milliards de dollars déjà prévu, Donald Trump s’apprête à annoncer des mesures de reprise de l’économie lors d’une allocution le jeudi 16 avril.

 

Ces mesures sans précédent sont naturellement un soutien indispensable à l’économie et aux entreprises.

 

Dans ce contexte inédit et toujours délicat, l’ensemble de nos sociétés de gestion partenaires, en collaboration étroite avec nos équipes, s’attachent à réviser et adapter les portefeuilles de manière quotidienne, et toujours dans une optique de moyen-long terme, indispensable dans une période de volatilité telle que nous la vivons aujourd’hui.

 

Nos recommandations : 

 

  • Continuer à conserver une vision long-terme,
  • Toujours réaliser des investissements progressifs afin de lisser les points d’entrée. Cela est d’autant plus important quand les marchés sont volatils,
  • Et privilégier la diversification afin de bénéficier d’allocations plus résistantes.

 

Nos conseillers UFF se tiennent à votre disposition pour répondre à vos questions et vous accompagnent dans une stratégie de long terme en adéquation avec vos besoins.
Dans ce contexte, soyez assurés de l’engagement total de nos équipes.

 

3 commentaires

Membre anonyme
Signaler

Membre anonyme

LE PRÊT ENTRE PARTICULIERS EN LIGNE EN 72 H
Vous êtres a la recherche de prêt pour relancer vos activités soit
pour la réalisation d'un projet ou vous avez besoin d'argent pour
d'autres raisons ?
Pas de souci même si vous êtes fiché dans votre pays et n'avez pas
accès au financement veuillez contactez ce E-mail:
villardfinance@gmail.com
villardfinance@outlook.fr
Pour avoir connaissance des conditions d'octroi de prêt et de financement sans tracasseries et dire adieu à vos problèmes financiers.
Veuillez noter les domaines dans lesquels qu'on peut vous aider pour la réalisation de vos projets ou vous sortir de l'impasse
* Financier
* Prêts à l'investissement
* Prêts personnels
Ps : Sachez que nous travaillons à votre satisfaction, vous pouvez suivre votre dossier en ligne afin de connaître son évolution.
Veuillez me contactez par mail :
villardfinance@gmail.com
villardfinance@outlook.fr
Pas de sérieux s’abstenir

| Répondre | le 16/04/2020

Jean-Christophe Perrin
Signaler

Jean-Christophe Perrin

L'incertitude est grande, la volatilité des marchés est élevée mais plusieurs grandes juridictions ont bloqué le shortselling. La couverture à la baisse ne peut donc pas fonctionner (du moins pour les produits grand public, les professionnels ont des outils qui échappent à la réglementation).
Le petit investisseur doit plus que jamais investir dans ce qu'il aime, qu'il connaît et comprend. Cela fait 30 ans que les meilleurs gérants du monde le disent, ce n'est pas nouveau. Ce qui change est l'ampleur de la sanction si on investit à mauvais escient. Et que les particuliers ne comptent pas trop sur les professionnels pour les aider : soit ils n'en savent pas plus, soit ils influencent les media pour créer de la demande et permettre aux gros investisseurs de vendre à bon compte avant que cela ne s'écroule, laissant les particuliers se débrouiller avec les pertes.
Les investissements ne sont pas forcément financiers ou immobiliers. On peut s'intéresser aux antiquités, objets d'art, métaux et objets précieux... S'il est bien acheté, un objet rare, en bon état, sans défaut particulier, bien entretenu, peut être source de bénéfice et se revendra facilement. Je fais partie de ceux qui parient sur une diversification des supports d'échange, les particuliers ne pouvant prendre le risque de laisser tout leur pouvoir d'achat au mains d'un système financier qui peut menacer de craquer. Tirons les enseignements de la situation du Liban par exemple. Pourquoi cela ne risque-t-il pas de se produire en UE ou en France ? Après réflexion ne je vois aucune raison...
J'invite celles et ceux que cela intéresse d'approfondir la réflexion à m'écrire :
wakiconsulting@yahoo.fr
Bon courage à tous les confinés !

| Répondre | le 20/04/2020

Nicolas Beriot
Signaler

Nicolas Beriot

Le grand absent, j'ai l'impression, c'est l'inflation. Ces dernières années, il semblerait que les pressions empêchant la hausse générale des salaires combinées à une production manufacturière chinoise (et assimilée, en incluant les pays satellites) massive à bas prix ont limité les hausses de prix dans le domaine des produits de consommation. L'abondance de liquidités a donc eu un impact sur les autres produits, l'immobilier, les valorisations boursières et les œuvres d'art de qualité, ou plutôt reconnues.
On a aujourd'hui un contexte radicalement nouveau, peut être temporaire : la production de produits de consommation est amputée, voire à l'arrêt. Beaucoup de facteurs à mon sens concourent à une résurgence de l'inflation : les liquidités massives fournies les états, des pénuries ponctuelles de certains produits, le pic d'endettement des acteurs économiques pour éviter la faillite. Une inflation plus soutenue ne serait-elle pas le moyen le plus indolore de mutualiser les pertes colossales liées à la pandémie ?

| Répondre | le 20/04/2020

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter