Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

426 122 Professionnels
6 817 Offres d'emploi
828 982 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

426 122 Professionnels
6 817 Offres d'emploi
1 657 964 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 02/11/2018 par

Bourse : que faire face à la baisse des marchés ?

Bourse : que faire face à la baisse des marchés ?

Les signaux économiques et politiques du moment laissent perplexes les professionnels.

« Nous sommes très partagés, confie Jean-Philippe Muge, directeur des investissements d'Invest AM, société de gestion du Groupe Cyrus Conseil. D'un côté, les indicateurs sont globalement bons.
La croissance américaine est toujours en phase d'expansion modérée. Idem pour l'Europe dans une moindre mesure. De l'autre, nous sommes confrontés à une guerre commerciale, au Brexit et au problème budgétaire italien. Ce dernier nous semble plus anecdotique. On devrait sortir de ce problème part le haut mais il peut durer un certain temps, ce qui a un impact très négatif en Europe. » 

Pour lui, le problème de fond est la guerre commerciale. Elle oblige déjà certaines entreprises américaines à relever leurs prix du fait du renchérissement du coût des matières premières, aluminium et acier, en raison de la hausse des droits de douane.

En tout état de cause, les professionnels scrutent la politique américaine. « Dans le dernier livre Beige de la Fed qui rapporte le moral des entrepreneurs dans les Etats américains, on relève plus de 50 fois le terme de " guerre commerciale ". C'est dire à quel point elle est préoccupante ». 

Pour l'instant, nous subissons une correction. Se transformera-t-elle en crise ? Ce qui pourra faire basculer le marché dans un sens, ou dans l'autre c'est l'évolution macro-économique aux Etats-Unis, conditionnée par l'évolution de la guerre commerciale et un éventuel changement de majorité au congrès ».

Est-ce encore le moment de vendre ?

« Il me paraît pertinent de prendre des bénéfices sur certaines classes d'actifs qui sont très chères : les technos, les biens de consommation discrétionnaires, l'aéronautique et la défense, les small caps et le luxe, même si nous restons très positifs sur ce dernier secteur à moyen long terme. A l'inverse, certains secteurs sont sous-valorisés : énergie, valeurs bancaires, santé, construction et industrie ».

Peut-on recommencer à acheter certaines valeurs injustement sanctionnées ?

La prudence est de mise. « Si on peut prendre des bénéfices sur des titres dont la valorisation a été multipliée par deux ou trois sur les cinq dernières années, il est trop tôt pour acheter. Il faut attendre que le marché se calme, conseille Jean-Philippe Muge. On n'attrape pas un couteau qui tombe… Il est préférable de garder du cash pour le moment car la purge peut durer encore 3 jours comme un mois. Quand on sera revenu à plus de sérénité, on pourra envisager des achats dans les secteurs identifiés comme sous-valorisés ».

Extraits de l'article de Marie-Christine Sonkin (avec les citations de Jean-Philippe Muge, 
directeur des investissements d'Invest AM, société de gestion du Groupe Cyrus Conseil)

Pour lire la suite, cliquez ici >>

4 commentaires

HELENA NANDIN
Signaler

HELENA NANDIN

Les marchés sont d'habitude imprévisibles.

| Répondre | le 02/11/2018

Guillaume MASSIGNON
Signaler

Guillaume MASSIGNON

BX4

| Répondre | le 07/11/2018

Lamine MANE
Signaler

Lamine MANE

Je suis ravis de lir cet article. C'est un cas pratique pour quequ'un qui apprend le trading.

1 | Répondre | le 08/11/2018

Fabrice LAGNY
Signaler

Fabrice LAGNY

On peut aussi profiter de la volatilité actuelle pour se positionner à l'achat sur des titres intéressants, pour moins cher que ce qu'ils valent, en encaissant des primes en attendant d'y voir plus clair :
https://www.options-chronicle.com

| Répondre | le 17/11/2018

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter