Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

475 221 Professionnels
4 173 Offres d'emploi
1 033 392 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

475 221 Professionnels
4 173 Offres d'emploi
2 066 784 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 09/07/2015 par

Comment postuler dans une start-up ?

Si vous devez toujours envoyer un CV et une lettre de motivation pour postuler, comme dans toutes les entreprises, sachez que les start-up ont leurs petites spécificités en matière de recrutement. On vous aura prévenu.

Comment postuler dans une start-up ?

Soyez prêt à vous décider, et vite !

Les start-up, des entreprises en devenir, sont par définition des sociétés plus agiles et moins centralisées que leurs ainées. Ce principe vaut également pour le recrutement. « Si elles ont un besoin urgent, les start-up peuvent prendre leur décision en moins de 10 jours », constate Ava Markowicz, community manager de l’accélérateur Le Camping, organisateur du Job Fair (speed meeting entre candidats et start up) qui s’est déroulé le 31 octobre 2014.

Chez Bird Office, plateforme de réservations d’espaces professionnels créée il y a 10 mois, cela peut même aller plus vite. « Les recrutements sont toujours pour la veille, donc on se décide parfois en 48 heures après maximum 2 entretiens », confie Arnaud Katz, son co-fondateur.

Conséquence pour les candidats : « ils doivent être capable de prendre une décision rapide », souligne Clément Lécuyer, consultant senior au sein du cabinet de recrutement spécialisé dans les start-up Urban Linker.

Mais on trouve aussi des start-up qui recrutent à la Google. Elles organisent entre 4 et 6 entretien d'embauche assortis d’études cas restituées devant un jury. Il faut dire que l’enjeu d’un recrutement est énorme dans de telles sociétés. « Dans une équipe de 3 personnes, l’arrivée d’une quatrième peut changer la donne. Une erreur de casting pour un nouveau CDI pourrait mettre l’entreprise en péril », explique Aviva Markowicz.

Montrez-vous ultramotivé

Selon la maturité de la start-up, le candidat va rencontrer directement le ou les fondateurs. « Il faut être capable de les rassurer car l’entreprise est leur bébé, prévient Delphine Roset, fondatrice du cabinet de recrutement spécialisé en start up Osalys. Et aussi de les séduire. Lors de l’entretien d'embaucheils cherchent avant tout une personnalité qui vibre avec la boîte. »

Par exemple, chez Bird Office, les deux co-fondateurs reçoivent chacun leur tour le candidat, histoire de se faire leur propre avis. « On fonctionne à 100 % au coup de cœur, avoue Arnaud Katz. C’est plus important que les compétences qui elles, peuvent s’acquérir. On est très vigilant sur l’état d’esprit du candidat. Il faut que, d’emblée, on sente que la personne a envie de s’investir pleinement dans notre aventure. »

Comprenez qu’on postule dans une start-up par passion, car on croit à ses produits et/ou aux services rendus. Et pour les recruteurs (ou fondateurs), ça passe par un intérêt réel pour les innovations, les défis à relever et les marchés à saisir. Il faudra aussi leur faire comprendre dans quelles proportions vous êtes prêt à entrer dans cette grande famille, qui multiplie les déjeuners et les cinés tous ensemble. « Le candidat doit nous dire qu’il est prêt à venir bosser dès demain avec nous. D’ailleurs lors du second entretien d'embauche, on donne notre réponse en live et parfois, ils descendent travailler dans la foulée », raconte le start-uper.

Mettez en avance votre polyvalence

Comme dans toute embauche, le recruteur présente une fiche de poste aux candidats. « Mais ce document est souvent faux, du moins en start-up, le candidat doit s’attendre à remplir d’autres tâches rapidement », commente Aviva Markowicz. Ayant peu de ressources, elles puisent allègrement dans toutes les compétences présentes pour faire face à l’imprévu. « Une start-up est une boîte qui va peut-être pivoter en passant par exemple d’une stratégie à une autre (business to business à business to consumer, par exemple). Le candidat doit faire valoir son agilité dans le travail. Il pourrait très bien être recruté comme business développer pour au final faire de la com’ et du marketing », illustre-t-elle.

Adoptez le look détendu, mais pas coincé

À quoi reconnaît-on un candidat qui n’a jamais mis les pieds dans une start-up ? À son costard cravate ! « Eh oui, c’est la grossière erreur du candidat débutant en start-up », sourit Aviva Markowicz. Sans aller jusqu’au vieux jeans troué, se pointer en tenue décontractée mais propre est tout à fait autorisé, voire même conseillé. À une exception près. « Pour les commerciaux, ou les candidats à tout autre fonction de représentation, il demeure intelligent de respecter le costume cravate pour postuler », prévient la community manager. Attention à ne pas confondre look détendu et apparence négligée. Même en jeans et sans cravate, les recruteurs ne sont pas vos potes mais vos futurs employeurs.

 

Source: Cadremploi.fr

 

 

A Propos de l'auteur

Laetitia CROCKY
Consultante en recrutement chez Carrevolutis

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter