Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

425 929 Professionnels
7 062 Offres d'emploi
828 750 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

425 929 Professionnels
7 062 Offres d'emploi
1 657 500 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 24/02/2014 par

Entretien d'embauche : les 5 attitudes qui vous trahissent

Entretien d'embauche : les 5 attitudes qui vous trahissent

Vous avez décroché un entretien d'embauche et vous voulez paraître sous votre meilleur jour. Vous êtes bien habillé, votre coupe de cheveux est au top, vous plantez votre regard dans celui de votre interlocuteur, vous le gratifiez d'une poignée de main énergique mais pas trop, et vous asseyez avec aisance dans le fauteuil qu'il vous propose. Jusque-là tout va bien. Mais rien n'est joué : à vouloir trop bien faire, on peut marquer des points contre son camp. Découvrez les 5 attitudes qui vous trahissent et joueront à coup sûr contre vous.

L’attitude enchantée

 

Tout ce que vous dit votre interlocuteur vous extasie : sa société est formidable, son service est génial, le poste est exceptionnel, et en plus il y a une cantine, trop top ! Trop c’est trop : plus le décalage s’agrandit entre votre vision idyllique de sa société et la dure réalité qu'il ne connaît que trop bien, plus il se dit que vous n’allez jamais vous adapter, que votre désillusion va être cosmique et que mieux vaut renoncer tout de suite à votre précieuse candidature.

L’attitude girouette

 

Vous cherchez un poste de manager, mais vous aimez bien aussi travailler seul. Votre secteur de marché préféré c’est la santé, mais la banque et l’industrie sont aussi des secteurs intéressants. Vous aimez le contact client, mais un poste en back-office vous conviendrait aussi. Vous aimez avoir des postes qui demandent de la créativité, mais vous savez aussi très bien faire appliquer des procédures. Arrêtez-vous là, votre interlocuteur a compris que vous étiez complètement aux abois et prête à prendre n’importe quel job à n’importe quel salaire. Il va au choix jeter votre CV ou vous proposer un poste scandaleusement sous-payé.

L’attitude loser

 

Vous entamez une grande tirade sur le thème « j’ai du talent mais on ne m’a jamais permis de l’exprimer ». Votre ancien patron n’a jamais su voir les trésors de qualités qui se cachent sous votre apparente modestie, vous avez joué de malchance, chaque fois que vous étiez sur le point d’être promue un évènement externe a contrarié votre projet. Vous sentez qu'ici on va vous comprendre, on va enfin vous permettre de déployer vos ailes. Là vous vous attendez presque à voir le recruteur sortir son mouchoir, mais bizarrement il est en train de ranger ses papiers et vous signale la fin de l’entretien. Qui a envie de recruter une victime ? Soit vous êtes nul, soit vous n’avez pas de chance et dans les deux cas, vous n’êtes pas attractif.

L’attitude revancharde

 

A la question « pourquoi  quitteriez-vous votre job actuel ? », vous commencez par répondre qu’il ne vous comble pas complètement, puis poussée à expliquer plus précisément ce qui ne va pas, vous vous mettez à décrier la façon dont votre société est organisée, l’ambiance délétère qui y règne, la compétition qui y fait rage pour finir par une envolée très imagée sur tous les défauts de votre supérieur hiérarchique actuel qui n’est dans le fond rien d’autre qu'un arriviste et à qui vous serez bien content de claquer votre démission et d’en profiter pour lui asséner tout le bien que vous pensez de lui. Dommage, votre interlocuteur a trouvé votre histoire très intéressante, surtout quand il s’est imaginé dans le rôle de votre chef avec vous en face en train de lui vociférer votre haine. Vous avez sans doute réussi à ce qu'il ressente de la compassion pour votre malheureux chef, mais certainement pas à ce qu'il ait envie de vous embaucher.       

L’attitude décalée

 

Vous étiez un commercial arrogant et toujours pressé, vous avez fait un début de burn-out, vous avez pris un congé sabbatique pour réfléchir au sens de la vie et vous avez lu 15 livres sur la force de l’instant présent et la nécessité de lâcher prise. C’est votre premier entretien depuis votre prise de recul et vous êtes décidé à faire profiter votre recruteur de votre sagesse nouvelle. Vous lui expliquez que vous allez manager votre équipe de manière totalement respectueuse du bien-être de chacun, que vous allez les encourager à faire la sieste après chaque repas et que vous ne leur fixerez aucun objectif pour qu'ils sentent la force de votre confiance. A la question « et si votre équipe ne fait pas son quota, vous ferez comment ? », vous répondez avec un air savamment inspiré que l’important n’est pas de faire son quota mais de construire une équipe soudée, capable de délivrer des performances dans l’harmonie et la durée. Après un bref regard d’incrédulité, le recruteur note son appréciation : « véto de la RH, incapable de s’y remettre, fait de la psy au lieu de faire des quotas ».

 

Ecrit par Evelyne Rys

A Propos de l'auteur

Membre anonyme
chargé marketing et communication chez Dogfinance

19 commentaires

Zohra OUALID
Signaler

Zohra OUALID

Merci pour ce billet très intéressant !

1 | Répondre | le 24/02/2014

muriel paolin
Signaler

muriel paolin

Ces indications sont intéressantes!

1 | Répondre | le 26/02/2014

Membre anonyme
Signaler

Membre anonyme

Boff, si on arrêtait de critiquer les candidats. Parlez-moi des recruteurs-Bambi (d'âge moyen 24-26 ans), à peine sortis des écoles qui sans expérience font des recrutements. Parlez-moi de leur incompétence dans métier, de leur arrogance, des agences de recrutement qui n'ont pas des offres à pourvoir et du fait qu'il n'y a pas de travail et des salaires qui volent au ras de la moquette.

7 | Répondre | le 26/02/2014

Aristide LEKPA
Signaler

Aristide LEKPA

Pas du tout contre toi Lucien,bien au contraire.Faites nous serieusement un topo sur ce sujet.

| Répondre | le 26/02/2014

Hélène Durut-Zemer
Signaler

Hélène Durut-Zemer

Plutôt d'accord avec Lucien et quid de ceux qui vous appellent sur votre poste fixe, vous demandent un portable ou vous joindre plus discrètement, vous disent qu'ils ont l'opprtunité du siècle à vous proposer et ne vous rappellent jamais ? Ca m'est arrivé il y a 10j !

2 | Répondre | le 26/02/2014

Membre anonyme
Signaler

Membre anonyme

muriel paolin : Les recruteurs sont incapables de comprendre ce qu’il y a dans les CV ils font l’analyse « commissariat » du candidat, s’il a les ongles sales, s’il transpire pendant l’entretien s’il se tient droit dans sa chaise. Voila a quoi un entretien se résume a l’étude comportementale du sujet. Einstein, Beethoven, Toulouse-Lautrec, Van Gogh n’aurait jamais passe ces entretiens car hors normes.

2 | Répondre | le 26/02/2014

sylvie carle
Signaler

sylvie carle

je rêve...d'un entretien d'embauche pour mettre en pratique ces mises en garde parfaitement frappées au coin du bon sens ;)

1 | Répondre | le 26/02/2014

Jean-Pierre Départ
Signaler

Jean-Pierre Départ

Certes, cela arrive, mais je rejoins aussi Lucien sur le fait que nombre de recruteurs ne connaissent pas le métier pour lequel ils sont censés être "le recruteur" qui va dénicher la perle rare. A force de se limiter à un cursus type Bac +x dans des domaines qui n'existaient pas il y a 10 à 15 ans, ils feraient mieux de se remettre en questions, ou changer de métier.
Et que dire de la moindre politesse élémentaire qui consiste à informer le candidat de son échec; il doit leur manquer quelques chapitres à leur éducation.
Oui, je suis très critique, mais c'est hélas la triste réalité. Et qu'on ne vienne pas dire que ces messieurs sont trop occupés pour rappeler les candidats...!

2 | Répondre | le 26/02/2014

DEOUDE ABALO ADOM
Signaler

DEOUDE ABALO ADOM

Oui je suis d'accord avec Hélène même si les recruteurs ne veulent pas d'un candidat,une fois qu'il a réussi au test et passé un entretien, il est important de l' appeler ou l'envoyer un mail pour l'informer qu'il n'a pas été retenu.Certains recruteurs n'en font qu'à leur tête.C'est un droit pour le candidat d'être informé à tant et de passer à autre chose.

1 | Répondre | le 26/02/2014

samia AIT ABDELMALEK
Signaler

samia AIT ABDELMALEK

très intéressant ; merci

| Répondre | le 26/02/2014

Ursula Sastron
Signaler

Ursula Sastron

Maintenant un article sur les 5 attitudes qui vous valorisent.... Cette société ne fait que tourner le sens des choses dans le négatif c'est bien connu que ces 5 attitudes sont à éviter et aujourd hui les recruteurs sont pour beaucoup manquent de correction entre les annonces bidons les entretiens ou l'on vous réponds 3 semaines après ou pas....
Je suis à la recherche d'un emploi et dur de décrocher des entretien mais je pense qu'avant tout il faut rester soit même sur jouer une " personnalité" que l'on n'est pas c'est un échec à venir pour tout le monde après les recruteurs font pareil pour certains on vous vend du "rêve" et au final on vous donne le minimum en vous mentionnant que c'est mieux que rien. Je suis un électron libre on me dit souvent mais non je sais ce que je veux c'est une nuance .... Merci pour votre article certains en sont ravis. Bonne journée à tous

1 | Répondre | le 26/02/2014

Grâce KOTCHA
Signaler

Grâce KOTCHA

merci pour ces informations si précieuses.

1 | Répondre | le 26/02/2014

KHALID JABIRI
Signaler

KHALID JABIRI

vraiment très intéressnt

| Répondre | le 26/02/2014

jean paulin jiotsa
Signaler

jean paulin jiotsa

Tous professionnels, nous quittons un boulot pour une raison. si l'on ne peut même pas dire la raison de notre motivation au risque de voir l'entretien s'écourter et de recevoir un léger merci sans lendemain, qu'est ce qu'il faut donc dire? ne rien dire pour qu'on nous taxe de timide ou de muet ou même de dangereux?
Je dirai tout simplement qu'il faut être réservé et ne pas hésiter de dire que votre compétence actuelle est au dessus de la taille de l'entreprise que vous quittez et que vous êtes certain que leur sens organisationnel viendra encadrer à juste titre vos efforts et qu'un salaire par milliers ne sera pas une surprise pour vous, mais une situation qu'ils doivent améliorer au fil du temps . il vaux mieux qu'ils sachent que vous coûtez cher pour vos compétences. vous travaillez parce que vous serez payés en retours. pas question de dire vous avez un amour pour l'entreprise. dites leur, à la lecture du profil de poste, vous vous êtes identifié sur vos compétences et vous serez une valeur ajoutée. et quand vous devrez proposer un salaire, n'ayez pas peur de les essouffler. vous valez mieux. si vous en êtes là, c'est que vous avez bravé une étape. celle de la valeur. cherchez poliment et amicalement à transformer l'entretien à un échange entre amis en leur revoyant certaines questions (à moins que je vous ai pas bien suivi, devrai-je comprendre que.....).
Ces recruteurs ne nous dépassent pas.
bye bye.

2 | Répondre | le 26/02/2014

Joseph SERDULT
Signaler

Joseph SERDULT

Je n'apprécie que moyennement d'être fliqué de la sorte ! Je trouve cela une dérive sectaire.
Après mon expérience personnelle, je confirme qu'il est pénible quand les jeunes filles d'une vingtaine d'années essayent sur vous qu'elles ont appris quelques mois avant à l'école. Ils, parce qu'il y a aussi des mecs dans le lot, ne se rendent pas compte qu'on sait lire depuis pas mal d'années et on connait les œuvres à lire.
Pourquoi on ne peut pas rencontrer les responsables avec qui j'ai rarement la difficulté de me faire comprendre ?
Les annonces de Dogfinance, à part d'être mieux ciblés parce qu'on m'envoie tout le temps des annonces pour un poste financier pourtant je ne suis qu'informaticien, devront comporter une icône signalant qu'on accepte des candidatures de la part des plus de 45 ans. (et aussi pour les moins 25 ans qui à mon avis ont le même problème).
Cela représentera un minimum d'honnêteté intellectuelle et montrera clairement qui sont les entreprises qui ne recrutent ni des jeunes ni des vieux.
J'ai compris que là je ne serais pas recruté parce que je tombe dans l'"attitude grincheuse".

bye.

1 | Répondre | le 26/02/2014

Yvonne Reading
Signaler

Yvonne Reading

Lucien Iancu : Je suis d'accord avec vous. Ce n'est pas sérieux de mettre des jeunes qui sortent des écoles dans des positions de recrutement importantes avec des candidats expérimentés, voire très expérimentés. Cela est une perte de temps pour les candidats et le cabinet perds en crédibilité. Ceci étant dit, certains cabinets sont très sérieux.

| Répondre | le 26/02/2014

A. CORREIA
Signaler

A. CORREIA

Les commentaires sont intéressants mais il ne faut pas oublier de faire avec les règles du jeu, et accepter les étapes nécessaires au recrutement. C'est la première difficulté à franchir pour intégrer l'entreprise... dont les difficultés seront souvent bien plus complexes.

| Répondre | le 26/02/2014

Laurence TORDERA
Signaler

Laurence TORDERA

L'essentiel c'est de rester soi et se dire qu'ils ont besoin de nous sans se dévaloriser.

| Répondre | le 04/03/2014

Philippe Godard
Signaler

Philippe Godard

<<La théorie détermine l'observation >>...Einstein

1 | Répondre | le 05/03/2014

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter