Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

440 891 Professionnels
8 012 Offres d'emploi
990 125 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

440 891 Professionnels
8 012 Offres d'emploi
1 980 250 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 15/10/2015 par

Entretien d'embauche : les clés pour répondre aux questions pièges

Ultime étape avant le recrutement, l'entretien d'embauche est l'occasion pour le recruteur de tester votre résistance au stress, votre capacité à argumenter et votre sens de la répartie. Plusieurs techniques permettent de contourner les questions pièges et de sortir de situations délicates.

Entretien d'embauche : les clés pour répondre aux questions pièges

1. Citez vos principaux défauts ou vos qualités.

Utilisez cette question pour vous distinguer de vos concurrents, mais ne vous contentez pas de lister vos connaissances techniques qui figurent déjà sur votre CV. Insistez davantage sur vos qualités relationnelles et votre personnalité :

- votre dynamisme
- votre sens de l’entraide
- une bonne entente avec les autres

Côté défauts, optez pour ceux qui peuvent être aisément pardonnés ou considérés comme des qualités par le recruteur, tout en restant subtil(e) et en évitant les lieux-communs, du genre "je suis trop perfectionniste". En affirmant que vous n'aimez pas travailler seul, vous soulignez votre aptitude à travailler en équipe par exemple.

2. N'êtes-vous pas trop jeune pour avoir des responsabilités ?

Il s'agit clairement d'une provocation du recruteur qui vise à vous déstabiliser et à analyser votre réaction. Niez poliment cette assertion et demandez à être jugé sur vos aptitudes professionnelles au lieu de votre état civil. Profitez-en pour mettre en avant les atouts de la jeunesse :       

- votre réactivité face aux coups durs
- votre capacité d'adaptation à un nouvel environnement

3. Quelle rémunération espérez-vous ?

Il faut s'abstenir de donner un « chiffre en l'air » à cette question à double tranchant. Si vous citez une rémunération trop basse, vous allez vous dévaloriser aux yeux du recruteur. Si vous donnez un chiffre trop haut, il va anticiper votre inévitable déception.
L'idéal est de préparer l'entretien d'embauche en consultant les guides de salaires (il en existe beaucoup en ligne) qui indiquent les fourchettes pratiquées dans votre secteur d'activité.

4. Pourquoi avez-vous quitté votre emploi précédent ?

Soyez honnêtes en donnant une explication claire à votre départ :

- une mauvaise relation avec le supérieur hiérarchique
- l'absence de perspectives d'avenir
- un salaire trop faible

Quoiqu'il arrive, le recruteur finira par découvrir la véritable raison lorsqu'il va contacter votre ancien employeur pour obtenir vos références. Évitez toutefois de dire du mal de votre ex-entreprise ou de vous étendre sur les innombrables difficultés rencontrées.

5. Le recruteur pointe l'incohérence de votre cursus

Là encore, l'honnêteté est la meilleure marche à suivre. Il n'y a aucune honte à s'être trompé d'orientation durant vos études. Le fait que vous ayez su corriger le tir et prendre la décision qui s'imposait peut même être tourné à votre avantage.
Vous pouvez aussi argumenter et démontrer une cohérence qui ne saute pas aux yeux. Par exemple : votre volonté de compléter votre parcours universitaire en engrangeant de nouvelles compétences.

6. Gardez votre calme face aux questions discriminatoires

Il arrive que les candidates se voient demander par un recruteur si elles souhaitent avoir des enfants. Pour éviter toute détérioration de l'entretien, éludez le sujet en affirmant une envie d'enfants sur le long terme, mais pas dans l’immédiat. De même, les questions relatives aux opinions politiques ou à la religion doivent être écartées en indiquant habilement et poliment l'absence de rapport avec vos qualifications professionnelles.
Pour autant, ce manque d'éthique du recruteur peut aussi être vu comme un signe avant-coureur que l'entreprise n'offre pas un bon environnement de travail et qu'il est préférable de chercher ailleurs...

 

Source: Les Echos 

A Propos de l'auteur

Nicolas Vastaa
Consultant en recrutement chez Carrevolutis

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter