Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

481 049 Professionnels
7 065 Offres d'emploi
1 036 650 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

481 049 Professionnels
7 065 Offres d'emploi
2 073 300 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 04/02/2020 par

Est-il intéressant de renoncer à son héritage après 70 ans ?

Quand a-t-on intérêt à renoncer à un héritage après 70 ans ?

Est-il intéressant de renoncer à son héritage après 70 ans ?

Avec l’allongement de l’espérance de vie, il est de plus en plus courant d’hériter de ses parents à plus de 70 ans. Dans une telle situation, si le défunt laisse des enfants et des petits-enfants, la question de la renonciation de l’enfant, permettant à ses propres enfants d’hériter, peut se poser. En effet, l’opération peut se révéler fiscalement avantageuse.

 Mais, avant de prendre une telle décision, il faut déterminer si l’enfant héritier est susceptible d’avoir besoin du patrimoine transmis, notamment pour financer sa future perte d’autonomie. Pour ce faire, les coûts liés à la dépendance doivent être chiffrés (aide à domicile, logement médicalisé, etc.).

 Si les montants estimés peuvent être financés sans difficulté par l’enfant, sa renonciation à sa part dans l’héritage peut avoir du sens. Dans ce cas, ses enfants (petits-enfants du défunt) se partageront la part lui revenant, ainsi que l’abattement de 100 000 euros, dont il aurait bénéficié sans sa renonciation ; soit 100 000 euros en présence d’un enfant unique, 50 000 euros avec deux enfants, 33 333 euros avec trois enfants…

Les droits à payer sur le patrimoine ainsi transmis aux petits-enfants sont généralement moins élevés lorsqu’ils sont au moins deux, chacun d’entre eux profitant de tranches du barème faiblement taxées.

  

Tribune de Valérie Bentz, Responsable du département des études patrimoniales à l'UFF, publiée dans Le Monde le 19 janvier 2020.

1 commentaire

Sandrine DE MATOS
Signaler

Sandrine DE MATOS

Le problème ne se pose pas pour nous, puisqu'une manipulatrice auxiliaire de vie divorcée, Kazymyra Kurzhiy et ses amis ont totalement spolié notre héritage familial provenant de notre grand-père Monsieur PEDRO FARIA Antonio.

| Répondre | le 10/02/2020

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter