Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

481 568 Professionnels
7 754 Offres d'emploi
1 373 678 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

481 568 Professionnels
7 754 Offres d'emploi
2 747 356 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 20/04/2020 par

FMI et Covid-19

Les prévisions de croissance du FMI

FMI et Covid-19

 

Si l’on martelait en début d’année que les indices boursiers mondiaux étaient survalorisés, la question se posera également post-confinement, malgré la dégringolade qu’ils ont subie début mars 2020.

Nous vivons une période exceptionnelle où les économies, aussi bien développées qu’émergentes, sont à l’arrêt à cause de l’épidémie de Covid-19 et les mesures de distanciation sociale, essentielles pour contenir la diffusion du virus à ce jour.

Les marchés ont forcément mal vécu cette incertitude qui s’est traduite par une hausse spectaculaire du VIX, l’indice mesurant la volatilité des marchés américains (surnommé « indice de la peur »). Après une année 2019 où il ne dépassait que très rarement la barre des 14 points, il est brusquement monté à plus de 80 points mi-mars 2020, niveau qui n’avait plus été atteint depuis la Grande Crise de 2008 - 2009. Il est aujourd’hui aux alentours des 40 points.

Cet accroissement de la volatilité a engendré la chute des grands indices boursiers, probablement due à un sentiment de « perte de contrôle. » On notera, en particulier une corrélation entre l’accroissement du nombre de nouveaux cas en Italie et la chute de l’indice S&P500.

 

Mais, au-delà des marchés financiers, cette incertitude se ressent au niveau de l’économie des pays atteints par la crise sanitaire. De nombreuses questions se posent aujourd’hui :

-          Quel sera l’impact final de la crise du covid-19 sur l’économie mondiale ?

-          Quelle forme prendra la reprise, post-confinement (U, V, W, L) ?

-          combien de temps faudra-t-il à la croissance pour redémarrer ?

 

Le Fonds Monétaire International (FMI) a récemment décidé de donner son avis sur ses différents points. L’équipe d’analyse de Mensbridge & Associés a souhaité vous faire partager les conclusions de l’institution.

 

Pour le FMI, il est clair que 2020 sera une année de récession mondiale. L’institution table sur une croissance de -3 % sur l’année. Ce chiffre est exorbitant par rapport à celui que l’on avait connu en 2009, au plus fort de la crise des subprimes, qui était de -0.1 %.

 

Une croissance de -3 % en 2020 se traduit par : toutes les économies, développées ou émergentes, sont en crise et cela va durer toute l’année.

Le FMI pointe d’ailleurs du doigt que ce chiffre ne saurait être une dernière estimation puisque, au final, cela dépendra de l’état des entreprises publiques et privées une fois la sortie du confinement actée. Rappelons qu’à ce stade, il est estimé qu’Air France perd environ 25 millions d’euros par jour !

L’institution départage ce taux de croissance prévisionnel entre :

-          Un taux de -6.1 % pour les économies développées,

-          Un taux de -1 % pour les économies émergentes (-2.2 % si on exclut la Chine).

Bien sûr, ce chiffre pourrait être bien pire. Pour éviter cela, les conseils du Fonds aux différents gouvernements sont :

-          De continuer à dépenser pour soutenir le système médical (national et mondial),

-          De mettre en place des tests de dépistage à grande échelle,

-          De ne pas restreindre le commerce international des fournitures médicales.

Dans cet océan de nouvelles préoccupantes, le FMI lance tout de même une bouée de sauvetage en se projetant dans un « après confinement ». L’institution martèle qu’il faudra une action rapide et coordonnée des Etats afin d’éviter que la récession ne s’empare aussi de 2021. Pour cela, elle préconise :

-          De mettre en place, dès que possible, des mesures pour soutenir la demande intérieure,

-          De favoriser les embauches pour redynamiser le marché de l’emploi, une fois le confinement levé,

-          De « réparer » les bilans des sociétés publiques et privées. Probablement en continuant à favoriser l’accès au crédit des entreprises, voire en effaçant purement et simplement une partie de leur dette.

Si les cartes sont bien jouées, l’institution prévoit des taux de croissance en 2021 en forte hausse dans toutes les zones. On notera une prévision de 4.7 % pour les Etats-Unis, de 4.5 % pour la France et de 6.6 % pour les économies émergentes (bon an mal an le chiffre de la croissance chinoise, remis en question régulièrement).

 

Au final, 2020 sera une année de vaches très maigres, ce qui était à prévoir. Nous pouvons cependant espérer un rebond de la croissance mondiale dès 2021 malgré des incertitudes qui, aujourd’hui, restent nombreuses et un risque de voir les Etats-Unis s’enfoncer encore plus dans le protectionnisme.

 

Nous finirons cette note par une citation de Lao Tzu qui s’adapte très bien aux temps que nous vivons :

 

« Les nouveaux débuts sont souvent déguisés en douloureuses fins »

 

                                                                                      Mathias François-Dourthe

                                                                               Achevé de rédiger le 17 avril 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le présent document a un caractère confidentiel. Il est réservé à l’usage strictement personnel de son destinataire et ne peut pas être reproduit, distribué ou publié, en totalité ou en partie, sans autorisation préalable et écrite de Mensbridge & Associés.

Ce document, destiné à des clients non professionnels, a été établi à caractère purement informatif et ne présente aucune valeur contractuelle. Il a été réalisé sur la base de données financières et/ou conjoncturelles valables à un instant donné et émanant de sources extérieures à Mensbridge & Associés qui ne saurait garantir la parfaite exactitude.

La responsabilité de Mensbridge & Associés ne saurait être engagée à quelque titre que ce soit en raison des informations contenues dans le présent document.

Aucun commentaire

Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter