Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

370 127 Professionnels
6 513 Offres d'emploi
523 391 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

370 127 Professionnels
6 513 Offres d'emploi
1 046 782 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 20/07/2015 par

La place de la femme dans le monde de la finance en 2015

La place de la femme dans le monde du travail est un thème vu et revu, souvent sujet à polémique. Il ne s’agit pas ici de « réinventer la poudre » mais de nous interroger sur la place de celle-ci dans le monde de la finance. Aujourd’hui, en 2015, constate-t-on une évolution ?

La place de la femme dans le monde de la finance en 2015

« C'est vrai que lorsqu'on évoque l'univers de la finance on visualise essentiellement des traders (masculins !) en costume-cravate qui s’agitent dans tous les sens sur une place de marchés en plein cœur de la "City" ! Cela fait vraiment cliché, mais c'est exactement ce qui me vient à l'esprit lorsqu'on me demande de décrire l’univers de la finance. »
Céline GORSKI-LATIERE - Comptable unique / Assistante de gestion chez Computer associés sarl

Une inégalité
L’inégalité Hommes/Femmes n’est pas une information fixe et exacte puisqu’elle varie en fonction de plusieurs facteurs.On constate par exemple que même si les directions financières s’ouvrent de plus en plus aux femmes, les postes à responsabilités restent essentiellement encore masculins. En fonction du poste occupé cette inégalité est donc plus ou moins marquée.
Bien que la mixité hommes/femmes soit perçue et reconnue comme vecteur de rentabilité économique, on constate encore aujourd’hui qu’en fonction des secteurs d’activités, mais également en fonction des postes occupés, une certaine inégalité persiste bel et bien également.


« Les inégalités se creusent plus vous montez dans les hiérarchies, on retrouve ce phénomène dans de nombreux métiers, ce n’est pas spécifique à la finance. Vous avez dans de nombreux métiers une majorité d’hommes au sommet de la hiérarchie qui ont tendance à se co-opter entre eux, à faire entrer des profils similaires aux profils qu’ils connaissent c'est-à-dire eux même, donc plus on monte plus on a une concentration d’hommes, et donc moins les femmes auront accès à ces postes stratégiques. Ca se joue à la fois sur les salaires mais également sur les possibilités de promotions. Oui il y a des secteurs où il y a une forte concentration masculine (métiers de traders, de banque d’investissement…) il y a peut être des rythmes de travail particulièrement difficiles pour les femmes, avec un taux de testostérone un peu plus élevé qu’ailleurs qui explique peut être que les femmes ne sont pas très à l’aise dans ces environnement et ces métiers là. Ces métiers où on exige des déplacements fréquents et longs à l’étranger, des missions, les femmes ne s’y retrouvent pas, lorsqu’elles sont notamment mères de familles, elles se sentent encore aujourd'hui très largement responsables de la gestion familiale alors que c'est avant tout une responsabilité de couple.» Isabelle Deprez -Speaker & Coach-Directrice scientifique du programme Femmes & Dirigeantes à ESCP Europe.


« Le monde de la finance est élitiste. Quand vous n'avez pas fait de grandes écoles, que vous n'avez pas eu la chance de faire de hautes études, et que par dessus le marché, vous venez d'un milieu modeste, cela devient très vite compliqué d'évoluer à un haut niveau. Je ne dis pas que cela est impossible mais il faut se battre dix fois plus. Le monde de la finance est un monde de réseau et il faut savoir "avoir les bonnes connaissances". Et si avec tout cela, vous êtes aussi femme, c'est que vous cherchez les ennuis. Oui car même s'il y a de plus en plus de femmes, le monde de la finance reste extrêmement macho. Très peu de femmes ont des postes à responsabilités, même si cela se démocratise. Il y a peu d'élus. Mais je dirais que cela n'est pas le propre de la finance, c'est aussi le cas dans d'autres corps de métier. Nous sommes dans un pays latin donc forcément, les mœurs ne sont pas les mêmes dans le domaine égalité homme/femme que les pays nordiques. Attention, en disant cela, je ne souhaite pas être assimilée à une ultra féministe car je ne le suis pas. Je constate, c'est tout. Oui, il y a des inégalités hommes/femmes en termes de salaire, en termes de postes occupés, de responsabilités, d'évolution. Mais en aucun cas, il ne s'agit du niveau de ces dames qui serait inférieur à celui de ces messieurs. Le monde de la finance est juste un monde assez conservateur, et plus on essaye de monter en puissance et plus on peut le constater. Il est à l'image de notre pays bien aimé qui a une tradition plutôt conservatrice, selon moi. » Laila Mahdi - anciennement chargée d'affaire chez ISODEV

« L'inégalité Hommes/Femmes dans ce secteur d'activités existe. Je pense qu'il y a un aspect socioculturel : les femmes se sont mises à travailler beaucoup plus tardivement que les hommes, s’occupant essentiellement de leurs enfants et de leur foyer. Aussi, sur le terrain de la vie active peu de modèle féminin exerçant de hautes fonctions existe. Comment se projeter dans un tel milieu professionnel si l’on n’a pas de modèle ? Cela me semble essentiel et devrait être une des questions à se poser dès l'orientation scolaire, voire à inclure dans les prochains projets de réforme de nos têtes pensantes (et qui sont en l'occurrence des femmes !) On étudie bien les modèles économiques en fac d'économie, pourquoi ne pas étudier les profils féminins de la finance en école de commerce ? Je suis sûre que cela susciterait des vocations. » Céline GORSKI-LATIERE - Comptable unique / Assistante de gestion chez Computer associés sarl

 

Des stéréotypes
Selon une étude Dogfinance sur l’évolution de la parité hommes/femmes dans les métiers de la finance en 2015 on constate qu’à la question « Selon vous, quel est le cliché le plus associé au monde de la finance ? » les femmes et les hommes ne privilégient pas les mêmes réponses. On note l’affirmation d’un «univers porté sur l'argent» (69%) pour les hommes, tandis que les femmes relèvent en majorité "un univers d’hommes » (32%).

On constate, aujourd’hui encore, que de nombreuses croyances, que l’on peut assimiler à des stéréotypes, sont culturellement ancrées. Parmi celles-ci on retrouve l’explication de cette inégalité hommes/femmes dans la finance par des différences d’affinités en premier lieu. Il reste prouvé que les femmes sont plus attirées et nombreuses dans les métiers de la Communication et du Marketing que dans ceux de la finance par exemple.
Comment expliquer alors cette différence d’affinité ? Le secteur de la finance, souvent considéré comme stressant, élitiste et viril peut de prime abord rebuter les femmes. Cependant, au même titre qu’on pense les femmes trop fragiles pour exercer ces métiers, ces croyances restent des clichés pour la plupart.
L’absence de parité peut s’expliquer par d’autres facteurs ; il semblerait que les femmes n’aient pas les mêmes envies et besoins de leadership, au contraire des hommes qui aspirent à un certain pouvoir professionnel. Le pouvoir est considéré dans les mœurs comme masculin, une femme sur un poste haut placé ne sera parfois même plus considérée comme féminine.


« C'est le parcours qui est différent. Une femme qui veut évoluer sur des postes à responsabilité ne doit pas s'arrêter pour avoir des enfants malheureusement. » Aurélie Declercq Renaut – Responsable contrôleur de gestion chez Outreau Technologies


De même, à situation égale, lors d’un entretien d’embauche les femmes ne presseront pas la question salariale tandis que les hommes la poseront dans les premières minutes de l’entretien. On constate bel et bien des différences d’intérêts en ce qui concerne le choix d’un poste.
Le manque de vie personnelle que nécessite le monde de la finance explique peut-être également en partie le fait que les femmes soient moins attirées que les hommes par ce milieu. La difficulté d’imposer un congé maternité par exemple dans un métier très prenant effraie et freine peut être les femmes.
L’ambiance stressante, agressive et virile que l’on peut attribuer aux salles de la bourse par exemple sont également incompatibles avec le caractère de certaines femmes dont la douceur et l’émotion seraient les principaux traits de personnalité.
Ces croyances ne seraient-elles pas trop simplifiées ? Le monde de la finance n’a-t-il pas besoin de femmes pour justement modérer les comportements excessifs des hommes sous pression par exemple?
Qu’est ce qu’apportent les femmes à la finance ? « Les femmes apportent au monde de la finance un regard différent : la coopération, le dialogue, la recherche du consensus. Plus de femmes avec ces valeurs là c’est quelque part introduire un autre modèle de leadership qui viendrait compléter et enrichir celui actuel plutôt masculin. Des études ont d’ailleurs prouvé que la diversité hommes/femmes dans les organisations engendrait une plus forte performance économique des entreprises, les femmes renforceraient la capacité d’innovation dans un groupe, mais apporteraient également une plus grande performance intelligente collective dans le cadre de groupe projet. Lorsque vous introduisez une femme dans un groupe généralement, et de manière légèrement caricaturale, vous obtenez une plus grande écoute, les idées émises sont plus nombreuses, il y a probablement plus d’idées, les femmes sont donc source d’innovations. » Isabelle Deprez -Speaker & Coach-Directrice scientifique du programme Femmes & Dirigeantes à ESCP Europe.


« Les femmes apportent à la fois de la rigueur et de la souplesse en palliant aux problèmes par les solutions qu'elles peuvent apporter. Un homme apporte de la rigueur et une force qui ne permet pas l'objection.» Aurélie Declercq Renaut - Responsable contrôleur de gestion chez Outreau Technologies


« Cela conduit à dire que certaines qualités sont intrinsèquement féminines, et qu'elles apporteraient au monde de la finance ce qu'elles apportent depuis la nuit des temps au Monde lui-même : la juste mesure, la prudence, le perfectionnisme, le pragmatisme, tempérer le comportement excessif des hommes pour devenir une "main de fer dans un gant de velours ! » Céline GORSKI-LATIERE - Comptable unique / Assistante de gestion chez Computer associés sarl

Les stéréotypes culturels seront amenés à évoluer génération après génération. C’est donc dès la formation, dès les études, que le secteur de la finance doit être revu et réévalué à sa juste valeur. De nombreux secteurs dans la finance représentent, en effet, d’excellentes opportunités de carrière, mais peu de carrière de femmes sont mises en avant, à tort.

 

Quelques conseils pour faire évoluer la situation 
« Construire son parcours en se projetant dans l'avenir, s'impliquer dans l'entreprise sur le terrain et ne pas se laisser marcher sur les pieds. D'autre part pour que cela fonctionne elle doit être épanouie et ne doit pas renoncer à ses envies et convictions personnelles. Elle peut se faire une place en montrant qu'être une femme et avoir des enfants ne veut pas dire qu'on ne sait pas se que l'on veut et surtout qu'on sait faire aussi bien que les hommes. » Aurélie Declercq Renaut – Responsable contrôleur de gestion chez Outreau Technologies


« Pour sensibiliser les femmes aux métiers de la finance je pense qu'il faudrait mettre plus en valeur le parcours exceptionnel de certaines d'entre elles, et cela dès la formation professionnelle. Cela me rappelle d'ailleurs un peu la même problématique lorsque j'étais étudiante : à cette époque là, en gestion, les filles s'orientaient vers la comptabilité (comptable unique ou secrétaire comptable) et les garçons vers le contrôle, peut-être par plus de technicité. Aujourd'hui que le modèle de cette comptabilité de gestion n'est plus à prouver et que notre objectif essentiel est l'optimisation des coûts, on recrute plus de contrôleur de gestion et les femmes se positionnent autant que les hommes sur ce métier. Souhaitons aux métiers de la finance une telle "démocratisation" ! » Céline GORSKI-LATIERE - Comptable unique / Assistante de gestion chez Computer associés sarl

 

« Mon conseil serait de sensibiliser les femmes au frein inconscient qu’elles ont intégré, les femmes peuvent intégrer tous les métiers de la finance et à tout poste hiérarchique à partir du moment où on les a sensibilisé lors de l’orientation par exemple. La sensibilisation de l’ensemble des manager est importante également dans les organisations, engager une femme sur un haut poste est très bien mais si celle-ci évolue dans un environnement peu propice, ça ne lui facilitera ni sa carrière ni sa vie plus généralement. Il faut un environnement propice, il faut également faire évoluer les méthodes de travail, de façon à ce que les femmes et les hommes, les parents, puissent au mieux gérer l’équilibre de leur vie personnelles et professionnelles. Il faut également que les femmes réussissent à rester elles mêmes, et à évoluer dans un leadership inspirant même dans des organisations où il y a une très forte dominante masculine. » Isabelle Deprez -Speaker & Coach-Directrice scientifique du programme Femmes & Dirigeantes à ESCP Europe.

A Propos de l'auteur

Marina Pascarel
Social Media Manager chez Eduniversal

2 commentaires

Aurélie Declercq Renaut
Signaler

Aurélie Declercq Renaut

Bonjour,
merci. J'ai pu lire dans le dernier capital du mois un article tout aussi intéressant sur la place des femmes dans le management. Je trouve que votre article le complète bien.
Cdlt

1 | Répondre | le 03/08/2015

Marina Pascarel
Signaler

Marina Pascarel

Aurélie Declercq Renaut : Aurélie, merci pour cette information! Peut-être pourriez-vous partager ici le lien de l'article de Capital et partagez cet article Dogfinance sur Capital également?

| Répondre | le 03/08/2015

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Consort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente