Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

493 277 Professionnels
6 840 Offres d'emploi
1 270 344 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

493 277 Professionnels
6 840 Offres d'emploi
2 540 688 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 31/08/2015 par

Le CFA: fort impact sur votre carrière en finance

Le CFA: fort impact sur votre carrière en finance

Le CFA: fort impact sur votre carrière en finance !

 

« Le premier atout est la reconnaissance à l'internationale. Lors de mon échange à Hong-Kong, au premier cours, le prof a directement demandé qui avait le CFA et qui comptait le passer. C'est une ligne de plus sur le CV qui permet de se distinguer et qui est valorisée partout, contrairement par exemple à l'école de commerce que vous faites, qui n'est pas forcément connue à l'étranger. »

Jean-Baptiste Carnet

Le CFA : Qu’est-ce que c’est ?

Le Chartered Financial Analyst est un programme star dans le monde de la finance. Ce certificat divisé en trois niveaux, reconnu à l’international, est très apprécié et respecté par les recruteurs en finance.  

Plus qu’un simple accélérateur de carrière, la certification du CFA, impliquant des sujets éthiques, économiques ou encore d’investissements ou d’analyses financières, est désormais gage de sérieux mais surtout de connaissances et de compétences pluridisciplinaires en finance.

Julien Caron, titulaire du CFA niveau 1 et candidat au CFA niveau 2 souligne « A mon sens les deux atouts principaux du CFA sont sa reconnaissance auprès des entreprises et sa dimension internationale. Je pense qu’avoir étudié pour le niveau 1, donne déjà une vision plus unifiée des différents aspects de la finance : les thèmes traités allant des méthodes statistiques à la comptabilité en passant par les modèles de valorisation des entreprises. Ces sujets sont ensuite approfondis aux niveaux 2 et 3. »

« En termes de connaissances, le CFA s'efforce de couvrir tous les métiers de la finance et est donc particulièrement utile, surtout étant jeune, puisqu'il permet de maîtriser les outils et les problématiques de chaque secteur. En début de carrière, le diplôme permet donc de se faire une idée des métiers vers lesquels s'orienter. Il présente aussi un atout face aux recruteurs (RH et opérationnels) puisqu'aujourd'hui, tous les professionnels du secteur connaissent le CFA et beaucoup pensent à le passer eux-mêmes. Pour ceux qui l'ont déjà, voir un candidat ayant un des niveaux peut faire pencher la balance. » Ajoute Jean-Baptiste Carnet, titulaire du CFA level 2.

Une sélection rude :

En 2014 on note que le taux de réussites aux examens du premier niveau est de 42%, celui du deuxième niveau : 46% et celui du troisième est de 54%. Le CFA véritable sésame vers le monde de la finance n’est pas un examen à la portée de tous et implique une sélection importante au profit des meilleurs uniquement. C’est donc cet aspect prestigieux qui rend le CFA important aux yeux des recruteurs.

Jean-Baptiste Carnet reconnait que « L'examen est toujours plus facile que les examens blancs disponibles (officiels ou des sites prestataires). Pour les niveaux un et deux, c'est surtout du par cœur sur des concepts et des méthodes, des équations à appliquer. Par conséquent, pour moi et tous ceux qui l'ont passé, tous ceux ayant suffisamment travaillé l'ont eu. Au niveau 3 par contre, seulement la moitié de l'épreuve est en QCM et l'autre devient rédactionnelle, ce qui peut décontenancer. Les candidats ne peuvent plus s'aider des réponses proposées. Le temps nécessaire à la rédaction est aussi plus difficile à gérer pendant l'épreuve pour le niveau 3. Cela fait du dernier niveau le plus difficile à obtenir et la quantité de travail seule ne suffit pas. »

 

L’examen :

L’examen, divisé en trois niveaux, propose pour le level 1 un QCM composé de 240 questions réparties sur 6 heures et faisant appel aux connaissances des candidats. Le level 2 demande quant à lui des réponses argumentées à 120 questions type cas pratique, 6 heures sont également données aux candidats. En ce qui concerne le level 3, durant 6 heures toujours, les candidats se verront soumis à 60 questions ainsi qu’à la rédaction d’un essai nécessitant un esprit de synthèse important. Le CFA, programme fastidieux nécessite une rigueur et un rythme de travail régulier.

Julien caron raconte : « Pour le niveau 1, j’ai fait le choix de ne pas prendre de cours de préparation. J’avais déjà abordé la majorité du contenu du niveau 1 au cours de mes 2 premières années à Neoma Business School. Travailler à partir des livres a été suffisant. Le jour J, le niveau et le contenu de l’examen ne m’ont pas surpris. L’inscription au CFA se fait via le site www.cfainstitute.org/. Le CFA se déroule en anglais. L’examen consiste en 2 sessions de 3 heures avec 120 questions à choix multiples chacune. L’organisation est totalement internationale. J’ai pu le passer à Taipei sans que cela ne pose problème. Le CFA Institute laisse aussi la possibilité de changer le centre d’examen après l’inscription pour plus de flexibilité. J’ai passé l’examen lors de la session d’été début juin (une deuxième session a lieu en décembre pour le niveau 1 uniquement) et les résultats sont communiqués quelques semaines plus tard, fin Juillet. »

 

Quelques conseils pratiques :

Il est conseillé, en ce qui concerne le level  1, de ne pas s’attarder plus de 2 minutes par questions, chaque question représentant le même nombre de point (en l’occurrence 1point), il est également conseillé de ne jamais ignorer une question, le système des points négatifs n’étant pas appliqué la chance pourrait vous sourire, n’hésitez pas à cocher une réponse sans en être pour autant convaincu.

Pour les level 2 et 3 la gestion du temps est extrêmement importante, on conseillera aux candidats de ne pas s’attarder sur des questions qui peuvent les bloquer, de passer et d’y revenir à la fin afin d’optimiser au maximum son temps.  

Les conseils des candidats :

« Pour de futurs candidats, le plus important est de s'y prendre suffisamment tôt. Pour des étudiants, je conseille de s'y mettre dès janvier car la masse de travail est importante. Si vous envisagez d'effectuer un stage en parallèle de la préparation, c'est possible mais très éprouvant. Concrètement, le jour de l'examen, je suggère d'y être suffisamment tôt car à Paris il doit y avoir peut-être 1500-2000 personnes. Je conseille aussi de prévoir quelque chose pour déjeuner avant d'y aller (type sandwich), sans quoi vous risquez d'aller faire la queue dans un des fast-foods alentours, avec tous les candidats. Par ailleurs, la pause déjeuner est supposée durer 2h mais avec le retard du matin, et les consignes demandant d’être revenu 30 minutes avant l’après-midi, comptez 30-45 minutes. Vérifier à l'avance sa fiche d'inscription, son passeport, sa calculatrice, etc...Car l'organisation est militaire. » Jean-Baptiste Carnet

« Le niveau 1 consiste en des QCM, il n’y a pas d’essais comme au niveau 3. Pour travailler efficacement, on m’avait conseillé de bien me préparer à ce format. Après avoir tâtonné au début, la méthode qui marchait le mieux pour moi était de m’exercer à la fin de chaque chapitre pour laisser « infuser » avant de passer au thème suivant. Je pense qu’il est important de se préparer à l’avance pour avoir le temps de revoir les sujets sur lesquels on bute et ne pas sous-estimer la charge de travail que le CFA représente. Les documents font près de 1500 pages ! » Julien Caron 

A Propos de l'auteur

Marina Pascarel
Social Media Manager chez Eduniversal

9 commentaires

Stevan Milaš
Signaler

Stevan Milaš

Ayant réussi le Level I du CFA Program, je tenais à vous faire part de quelques compléments à cert article permettant de mettre le pied à l'étrier.

Il n'est pas correct de dire que quelqu'un est titulaire du CFA lvl I.
Si dans la pratique, on peut avoir facilement tendance à le dire par souci de rapidité, cela sous entendrait que le CFA comporte trois diplômes fusionnant pour obtenir le titre CFA (alors que ce sont des conditions sine qua non)..
Le CFA Institute impose donc de dire que l'on est candidat si on candidate pour l'un des trois niveaux, que l'on a réussi tel, tel niveau (vous pourrez voir sur mon profil que j'ai indiqué "Passed Level I of the CFA Program", ce qui implique que j'ai réussi l'exam du lvl I et que je ne suis pas encore inscrit pour passer l'exam lvl II).
Tant que l'on a pas obtenu le tirre CFA, on peut uniquement indiquer ces infos dans la section "Education" (on basculera ensuite au niveau "certif pro").
Tous les candidats au CFA Program et CFA charterholders peuvent faire l'objet d'une enquête disciplinaire s'ils dérogent (le CFA Institute ne plaisante pas sur cette question faisant partie de son code d'éthique)

Trois autres points qu'il est également intéresant de mentionner.

Le premier est le recours aux services tiers, tels que Kaplan Schweser (que j'ai utilisé) ou encore Fitch par ex. Ils permettent un gain de temps substantiel car synthétisant l'ensemble des connaissances nécessaires et fournissant des batteries de QCM, précisément ce qui permet de scorer le jour J. Tout ceci se monnaie, on voit bien là la valeur du temps !

Le second point concerne bien évidemment le coût de l'examen, pouvant varier en fonction du recours aux tiers et également du moment de l'inscription aux exams (dont le prix augmente à chaque fois qu'une date butoir est passée, et on peut passer du simple au presque au double entre la première et troisième fenètre d'inscription).

Enfin troisième point, bien préciser que c'est un sésame dont la patience est la clé de voûté. Entre les préparations et l'obtention des exams ainsi que de la date de 4 ans en tant que pro dans le monde de l'investissement, il faut voir loin.

On pourrait encore citer les adhésions aux CFA Societies dans le monde entier, mais il faudra à mon sens créer un dossier spécial CFA si l'on veut rassembler l'ensemble des données relatives à ce titre.

La France a encore beaucoup de retard à rattraper, (si les millenials dont je fais partie savent tous ce qu'est le CFA, ce n'est pas le cas de la génération Y).
Lorsque j'ai passé l'examen en Juin dernier en France, plus de la moitié des candidats étaient étrangers (dont une forte proportions de chinois). J'en garde un très bon souvenir, notamment une discussion avec un indien sur les CDS..

3 | Répondre | le 01/09/2015

Membre anonyme
Signaler

Membre anonyme

j'aimerais bien le passer et j'habite sur paris ouest et j'ai une reconnaissance handicap

| Répondre | le 02/09/2015

Stevan Milaš
Signaler

Stevan Milaš

Me concernant, j'ai parcouru tout le curriculum dans l'ordre (certains choisissent d'abord ce qui leur plait le plus, je n'ai pas choisi cette approche, ne voulant pas par exemple finir avec la partie economics (pas la plus "sexy")).

A chaque fin de chapitre, les Schweser proposent un QCM représentatif de ce qu'on peut trouver le jour de l'exam.

Une fois tout le curriculum passé en revue, je me suis mis en situation avec des batteries de QCM et des allers-retours sur des notions pécises si nécessaire.
Ce sont clairement les QCM qui font progresser et feront la différence le jour J du fait qu'on peut voir si on est au point sur telle ou telle section et qu'on acquiert des automatismes de calcul (octroyant un gain de temps, ce dont on ne se privera pas afin de pouvoir réfléchir quelques secondes de plus sur une autre question).

Concernant le volume horaire, c'était 2-3h / jour en semaine, et 5-6h / jour le week end.
La moyenne des 300h pour préparer l'exam n'est pas un mythe, dans mon cas j'étais plus proche des 350h.

Discipline et volonté sont les maitres mots !

Le travail paie. En effet, grâce à cela, je dispose d'une référence mondialement connue, pratique pour chercher du travail à l'étranger (mon école jouissant surtout d'une reconnaissance nationale).

2 | Répondre | le 27/10/2015

Alexandre Beaudouin
Signaler

Alexandre Beaudouin

Merci beaucoup pour ton retour.
Je me pose vraiment la question pour le passer, sachant que je compte peut-être plus m'orienter sur du private equity, donc le CFA sera t-il utile... Par ailleurs, je suis également dans le même cas que toi, mon école ayant une reconnaissance nationale.
Pour trouver du travail à l'étranger c'est plus facile, aucune obligation de repasser des équivalences.

J'aime1 | Répondre | le 27/10/2015

nassima
Signaler

nassima

Bonjour,

Est-ce-que quelqu'un parmi vous connaît la différence entre ces certifications, ACA,ACCA, CIMA?

J'ai un profil juridique d'où ma question

Nassima

| Répondre | le 22/08/2016

nassima
Signaler

nassima

C'est tellement urgent que je laisse mon numéro 0601054160. C'est sans doute mieux quand l'explication est donné par téléphone. Je pense que les personnes de dogfinance sont toutes sérieuses c'est la raison pour laquelle je laisse mon numéro en évidence

| Répondre | le 22/08/2016

Stevan Milaš
Signaler

Stevan Milaš

'est des cetifs de compta
L'ACCA est celle qui compte le plus de membres

Mets toi une surcouche anglo saxone financière par dessus ton profil juridique, et ton CV gagnera plus de valeur ajoutée à mon sens, surtout si tu veux bosser en banque

| Répondre | le 22/08/2016

Christian PLO
Signaler

Christian PLO

Sans doute dans 2 ans et la préparation devra commencer maintenant vu les préconisations de Steve Milas que je remercie au passage pour ses éclaircissements.

| Répondre | le 21/11/2016

Auriane Le Roch'
Signaler

Auriane Le Roch'

Bonjour à tous,
Je suis actuellement en école de commerce et je m’intéresse à effectuer le CFA. Cependant j’aimerais votre avis sur la manière qui serait la plus judicieuse de le préparer… Je m’explique ; dans le cadre de mon école j’ai la possibilité de préparer pendant deux ans le CFA level 1, mais ce choix de cursus m’handicape ne serait-ce que pour partir à l’étranger ou même effectuer une année de césure, ou alors de le travailler à coté toute seule et donc pouvoir avoir au minimum un an d’expérience professionnelle.
Au vu de la difficulté et des prix même des livres (si mes recherches sont bonnes) j’hésite entre les deux possibilités citées ci-dessus.
En espérant avoir une réponse malgré l’ancienneté da l’article et que ce commentaire ne vous paraisse pas dénué de sens, merci d’avance !

| Répondre | le 16/12/2016

Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter