Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

480 918 Professionnels
6 804 Offres d'emploi
1 036 716 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

480 918 Professionnels
6 804 Offres d'emploi
2 073 432 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 26/12/2016 par

Le dollar flambe : quel impact en Bourse ?

Le dollar flambe : quel impact en Bourse ?

C’est, avec la hausse des taux souverains, l’autre onde de choc provoquée sur les marchés par l’élection de Donald Trump. Depuis le 8 novembre, le billet vert s’apprécie à vive allure. Il a gagné 5,7% face à un euro qui se traite ces jours-ci autour de 1,04 dollar. Du jamais vu depuis janvier 2003. Même tendance face aux autres monnaies. Le taux de change effectif du dollar (panier composé des devises des principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis) s’affiche en hausse de 6% depuis la victoire du républicain, au plus haut sur près de 14 ans.

Pourquoi le dollar monte ?

L’effet Trump n’a fait qu’accélérer un mouvement entamé au printemps 2014, époque où l’euro se traitait aux alentours de 1,40 dollar. L’appréciation du billet vert a été portée par des anticipations de hausse des taux d’intérêt (donc de meilleure rémunération du dollar) dans une économie américaine qui connaît une accélération - certes timide - des salaires et de l’inflation. Depuis, la Réserve fédérale (Fed) n’a procédé qu’à deux tours de vis, en décembre 2015 puis ce mois-ci. Mais elle est clairement engagée dans une politique de durcissement monétaire. A rebours de la BCE, de la Banque d’Angleterre et de celle du Japon, qui maintiennent une politique ultra-accommodante avec un loyer de l’argent proche du plancher et des programmes de rachats d’actifs (QE).

Après l’élection du républicain, les anticipations en ce sens sont montées de plusieurs crans. Sur le papier, son programme est inflationniste : des baisses d’impôts doublées d’un plan d’investissement massif dans les infrastructures ont toutes les chances de produire des tensions sur les prix dans une économie en plein-emploi. Les mesures protectionnistes brandies durant la campagne – sur lesquelles le milliardaire se montre depuis évasif – seraient elles aussi inflationnistes.

Enfin, la perspective d’un rapatriement de capitaux est un soutien pour le dollar. Le républicain s’est engagé à mettre en place une taxe incitative de 10% - à comparer à un impôt sur les sociétés de 35%, l’un des plus élevés au monde - sur les sommes que les entreprises américaines relogeraient aux Etats-Unis. Les montants en jeu sont colossaux : on estime entre 1000 et 3000 milliards de dollars la trésorerie que les multinationales du pays stockent à l’étranger pour échapper à l’impôt.

La hausse est-elle durable ?

La principale incertitude réside dans l’attitude de la Fed. La progression du dollar, qui équivaut à un resserrement des conditions financières, pourrait finir par gêner l’autorité monétaire. Auquel cas sa présidente Janet Yellen, qui a laissé entrevoir trois hausses de taux directeur en 2017, assouplirait sa feuille de route. Sauf si le regain de croissance et d’inflation espéré est bien au rendez-vous de 2017…

Beaucoup de courtiers voient en tout cas le billet vert poursuivre sur sa lancée. Barclays, Société Générale, Goldman Sachs ou encore Deutsche Bank mise sur un euro à parité (voire au-dessous) face au dollar en 2017. Leurs stratèges mettant en avant, au-delà des soutiens au dollar (les politiques de Trump et de la Fed), les nombreux facteurs de risque en zone euro : incertitudes liées au Brexit, nouvelles tentions autour de la Grèce, crise politique et bancaire en Italie, montée du vote populiste, etc.

Quelles «valeurs dollar» jouer ?

A voir les records engrangés par Wall Street, les investisseurs semblent convaincus que les entreprises américaines sont suffisamment fortes pour encaisser la vigueur du dollar. Pour les groupes du Vieux continent en tout cas, la dépréciation de l’euro est une aubaine. L’effet est double. Il est tout d’abord comptable : la conversion en euros des profits réalisés outre-Atlantique est mécaniquement plus favorable. Ensuite, une devise affaiblie permet de gagner plus facilement des parts de marché à l’exportation.

Déjà recherchées ces dernières semaines, les valeurs dollar pourraient continuer à tenir le haut du pavé. Elles sont nombreuses au sein de la cote parisienne. Parmi nos favorites figure Sodexo, qui réalise plus de 40% de son activité et de son résultat opérationnel en Amérique du Nord. Privilégiez également Airbus : malgré les couvertures de changes mises en place par le rival de Boeing, la hausse du dollar favorise sa compétitivité à moyen terme. Enfin, nous misons sur Teleperformance : nombre de contrats du leader mondial des centres d’appel, dont la moitié du chiffre d’affaires provient de la zone anglophone, sont libellés en billet vert.

Source : Le Revenu

A Propos de l'auteur

Maxime DUBOIS
Responsable Web Marketing chez DogFinance

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter