Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

435 373 Professionnels
8 755 Offres d'emploi
875 295 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

435 373 Professionnels
8 755 Offres d'emploi
1 750 590 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 05/08/2011 par

Le syndrome du Titanic

Le moins que l’on puisse dire c’est que le mois d’août commence bien mal… Les investisseurs encore actifs sont complètement paniqués et les journalistes (qui n’y comprennent rien) ne cessent pas de nous parler de l’effondrement des différents indices boursiers. Serait-ce déjà la fin du monde ' Peut-être pas, mais il n’y aura pas de rallye estival, ça c’est certain ! Au mieux on évitera l’iceberg pour ne pas finir comme le tristement célèbre transatlantique…

 

Mistral perdant

Le vent de panique qui souffle depuis près de deux semaines est un vent mauvais qui fait resurgir les pires craintes des soi-disant spécialistes ! Le CAC40, qui devait partir à l’assaut des 4000 points, tombe toujours plus bas… Il est aujourd’hui proche des 3300, seuil qu’il a d’ailleurs franchi à la baisse en séance. Triste record qu’il n’avait pas battu depuis 2 ans… Le pire c’est que la place de Paris n’est pas une exception. Ainsi, Tokyo a fini ce matin en baisse de 3,72%, dans le sillage de Wall Street. Et ce n’est pas plus glorieux en Europe… Partout une seule couleur domine : le rouge ! Le pire c’est que rien ne semble être en mesure de calmer ce vent qui menace de se muer en tempête. Il faudra plus que le triste accord bipartisan aux Etats-Unis ou que la timide intervention de la BCE pour changer la donne… Seule étoile dans ce ciel obscur, Natixis qui repasse au dessus des 3€ grâce à des résultats meilleurs que prévus, ça vaut bien un coup de chapeau !

 

Ouf…

C’est le cri que beaucoup de personnes ont du pousser mardi soir en apprenant que démocrates et républicains c’était enfin mis d’accord pour relever le plafond de la dette américaine et ainsi éviter (de justesse) un défaut de paiement de la première économie mondiale. Alors bien sur, ce n’est pas le meilleur texte car il ne va pas suffisamment loin et qu’il ne fait que repousser l’échéance de quelques mois, mais il a le mérite d’exister ce qui est déjà bien ! Vu la panique actuelle, je n’ose même pas imaginer ce qu’il se serait passé si l’accord n’avait pas vu le jour. Par contre, il n’a malheureusement pas été suffisant pour calmer les esprits. En tout cas, le président Obama a eu son cadeau d’anniversaire (c’était hier) comme il le souhaitait. J’en profite pour souhaiter un bon anniversaire à mon patron… Ben quoi, le chômage des jeunes atteint les 25%, il faut bien que je fasse quelque chose !

 

Jean-Claude n’a plus la vista

Est-ce le signe qu’il est temps de changer de président de la Banque Centrale Européenne (BCE) ' En tout cas, personne ne semble écouter ce pauvre Jean-Claude Trichet… Il a pourtant mis le paquet pour tenter de contrer la spirale négative actuelle ! Ainsi, pour lutter contre la tension sur les marchés, ce brave Jean-Claude a annoncé le lancement d'une opération de refinancement à long terme supplémentaire pour fournir des liquidités avec échéance à 6 mois. De plus, la BCE va se lancer dans un programme d’achat de titres portugais et irlandais. L’effet est pourtant faible et de nombreux économistes critiquent la décision de la Banque centrale européenne de ne pas avoir annoncé de rachats d'obligations d'Etat italiennes et espagnoles. Ainsi, les analystes de Crédit Suisse estiment qu’agir ainsi pour gagner du temps, afin que la nouvelle mouture du Fonds européen de stabilité financière (FESF) soit opérationnelle est un jeu dangereux ! RBS va plus loin en déclarant que l'institution de Francfort a utilisé une sarbacane dans une fusillade avec le marché… Pour bien faire, RBS préconise des acquisitions de titres à un rythme d'environ 4 milliards d'euros par jour. On passerait alors de la sarbacane au missile sol/air…

 

La reine Christine a peur !

Je ne vais pas vous parler, une nouvelle fois, de l’affaire Tapie, car même si la justice a décidé de finalement poursuivre Christine Lagarde, celle-ci n’a pas de soucis à se faire à ce sujet. En effet, elle n’est pas obligée de démissionner et de toute façon, l’affaire va durer plusieurs années ! Non, si la reine a peur c’est au sujet de la France… Ainsi, le FMI a fait part, dans son dernier rapport, de ses inquiétudes au sujet des prix de l’immobilier qui seraient « surévalués ». Heureusement que le FMI existe car on ne s’en serait pas aperçu autrement ! Cependant, ce n’est pas le seul sujet d’inquiétude du Fond… En effet, il prévoit que la France ne parviendra pas à ramener son déficit public sous la barre des 3% du PIB avant 2014, alors que le gouvernement français envisageait cela dès 2013. Si j’étais mauvaise langue, je rappellerais que c’est précisément Christine Lagarde, quand elle n’était que la ministre française de l’économie, qui a prit ces engagements… C’est vrai ceci étant que cette chère Christine a changé de dimension depuis qu’elle a traversé l’Atlantique.

 

Il faut bruler les spéculateurs !

Pour une fois, ce n’est pas moi qui le dit mais un professeur de HEC. En effet, dans une interview accordée au quotidien La Tribune, Edouard Tétreau estime que le moment est venu de mettre les spéculateurs hors d'état de nuire. Pour lui, il y a « une bande organisée de spéculateurs, mobiles, bien armés et à ce jour anonymes, qui cherchent à faire tomber les pays de la zone euro les uns après les autres. » Il critique notamment le fait que certains fonds d'investissements et établissements bancaires, américains, britanniques mais aussi européens, aient intérêt à ce que des pays se retrouvent en faillite… « Ils le font en achetant des CDS sur les dettes européennes, en vendant des titres à découvert, en alimentant le marché de rumeurs, qui font les choux gras et les gros titres d'une certaine presse financière ». Pour lui, il y a urgence à identifier les institutions financières qui « ont intérêt à faire tomber l'Europe » et surtout à les mettre sur une liste noir afin de les empêcher d’agir. « Au nom de quel masochisme devrait-on continuer de les laisser opérer sur le marché européen ' » Pour lui, il faut que les dirigeants européens agissent rapidement car « cet automne, il sera trop tard ». La seule solution est donc de créer une union fédérale budgétaire et fiscale et rapidement ! « S'il a fallu quelques heures pour décider une opération militaire en Lybie, on peut se donner quelques jours pour endiguer la spéculation, et quelques semaines pour unir les forces des Trésors allemand, français, italien, espagnol. » Pourvu que le couple SM entende cet appel !

 

Les « charrettes » anglaises

Les banques anglaises n’y sont pas allées avec le dos de la cuiller. En effet, elles ont pratiquement toutes profité de l’annonce de leurs résultats pour annoncer des suppressions d’emplois ! Ainsi, le secteur bancaire britannique pourrait détruire 50 000 emplois d’ici les trois prochaines années. La plus grosse « charrette » est celle de HSBC qui prévoit la suppression de 30 000 emplois dans le monde d'ici 2013, soit environ 10% de ses effectifs totaux. De son coté, Lloyd's Banking Group prévoit 15 000 suppressions de postes d'ici 2014. Barclays n’est pas en reste puisque, après avoir déjà supprimé 1 400 postes depuis le début de l'année, la banque anglaise prévoit de supprimer 3000 postes supplémentaires d'ici la fin de l'année. Il faut dire aussi que l’environnement économique n’est pas des plus favorables en ce moment. Ainsi, le bénéfice net du groupe Barclays s'élève à 1,5 milliards de livres au premier semestre, en chute libre de 38% sur un an. Les revenus de sa banque d'investissement, Barclays Capital, ont notamment plongé de 11%. HSBC reste cependant un mystère (et un modèle de communication) car, dans la foulée de son annonce de surpressions de postes, elle fait une annonce de création de 15 000 postes dans les pays émergeants. Il faut dire aussi que les temps ont changés et qu’aujourd’hui, l'Asie contribue pour 59% aux bénéfices avant impôts du groupe… Je soupçonne également Bob Diamond (le directeur général de Barclays) et ses amis d’annoncer ces suppressions de postes pour mettre la pression sur le législateur britannique qui doit voter une réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni. Ainsi, Stuart Gulliver, le directeur général de HSBC, prévient que la séparation, même partielle, des banques de détail des banques d'investissement risque de réduire la capacité des établissements bancaires à prêter de l'argent.

 

Riches comme Crésus

J’ai appris cette semaine qu’il existait dans le monde plusieurs entreprises qui sont plus riches que les Etats-Unis ! En effet, avec 39 milliards de dollar de trésorerie (contre 130 il y a quelques années), la réserve fédérale n'est plus si riche que cela. Presque toutes les sociétés sont des établissements financiers, à l'exception de General Electric et de quelques géants de la high-tech (dont Apple bien entendu). Les premières sont sans surprises des banques chinoises, puis viennent Bank of America, ainsi que les banques d'affaires JPMorgan et Morgan Stanley. Rappelons au passage que certaines de ces institutions ont du faire appel à la Fed pour surmonter la crise… Le plus étonnant c’est de retrouver dans ce classement Freddie Mac, à l'agonie au moment de la crise financière et sauvé par le gouvernement américain, qui dispose désormais d'un trésor de guerre de 72 milliards de dollars ! Il y a très peux de sociétés européennes et aucune française… Parmi les européens, citons Crédit Suisse, Barclays, Royal Bank of Scotland, Deutsche Bank, ou encore Santander. La haute technologie n’est pas en reste car les mastodontes américains du secteur disposent de près de 280 milliards de dollars, soit l'équivalent des encours de prêts du FMI… Apple est en tête avec une trésorerie colossale de 76 milliards de dollars à la fin juin. Et aucun de ces Crésus n'a moins de 10 milliards en caisse… En comparaison, le géant européen, l’allemand SAP, parait tout petit avec « seulement » un matelas de 6,2 milliards de dollars. En tout cas, si jamais vous avez besoin d’un peu d’argent, vous saurez où vous adresser…

 

Des promesses, toujours des promesses !

C’est amusant de voir qu’à quelques mois de l’élection présidentielle, notre charismatique leader ce soit rendu compte qu’il existait une jeunesse qui vote et dont il faudrait s’occuper… Prenons un exemple au hasard : les bourses pour les étudiants. Le gouvernement avait promis main sur le cœur qu’en échange d’un allongement de l’année universitaire à 10 mois (ce qui a posé de nombreux problèmes de calendrier, vous pouvez me croire), les bourses seraient versées pendant 10 mois et non pas 9 comme auparavant… Cependant, contrairement aux promesses de Valérie Pécresse, le versement intégral du 10ème mois de bourse aux étudiants dès cette rentrée n'est pour l'heure toujours pas garanti. Et pourtant, les efforts demandés ont été fournis par la majorité des universités et bien entendu les couts pour cette rentrée vont encore augmenter ! Autre exemple, la tenue d'un comité interministériel de la jeunesse le 26 août. Des promesses vont être faites alors que celles du précédent comité (qui s’était réuni le 30 janvier 2009) n’ont pas toutes été tenues… Attendons de voir si ce comité aura un impact, autre que symbolique, sur la situation de la jeunesse, dont le taux de chômage flirte avec les 25%.

 

Rédigé par David GALLAND

 

A Propos de l'auteur

Bachir AMAR
Stage en Fusions Acquisitions, fonds d'investissement, conseil (6 à 9 mois)

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter