Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

528 891 Professionnels
44 591 Offres d'emploi
1 264 245 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

528 891 Professionnels
44 591 Offres d'emploi
2 528 490 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 01/02/2021 par

Les dessous d'une fusion-acquisition : Le groupe LVMH et Tiffany.

Compagnie d'assurance

Les dessous d'une fusion-acquisition : Le groupe LVMH et Tiffany.

Petit aperçu des précédentes acquisitions du groupe LVMH

En 1997, le groupe LVMH acquiert Sephora, champion français de la distribution de parfum, il s’agit pour le groupe de mieux maitriser la distribution de ses marques, par intégration verticale. Par une approche similaire le groupe rachète l’américain DFS leader du Duty Free et de la distribution mondiale de produit de luxe. En 1999, LVMH se tourne vers la marque Tag Heuer afin de s’imposer au niveau mondial dans le secteur de l’horlogerie. Le groupe est déjà présent sur ce créneau avec les marques Loewe, Givenchy, Christian Dior, Celine et Fred. Toujours en 1999, LVMH s’offre la marque Fendi, perle italienne de la maroquinerie en s’alliant à Prada au travers d’un holding détenu à parité par les deux marques. 2011, C’est au tour de Bulgari, fleuron italien de la joaillerie, numéro trois mondial derrière Richemont et Tiffany. Enfin en 2018 le groupe LVMH fait l’acquisition de Belmond, marque emblême du voyage de luxe basée aux Bermudes, propriétaire d’une quarantaine d’établissements légendaires comme le Cipriani de Venise ou encore le Copacabana Palace de Rio de janeiro.

Evolution de l’affaire entre le Groupe LVMH et la marque Tiffany : que s'est-il passé ?

Fin octobre 2019, LVMH et Tiffany annonce avoir engagé des discussions préliminaires concernant une éventuelle opération. La première offre était la suivante 120 dollars par action en espèce ce qui valoriserait l’entreprise Tiffany à 13 milliards d’euros. Un montant jugé de prime abord trop bas par Tiffany, toutefois il s’agirait d’un montant record de rachat pour le groupe LVMH. Pour rappel ce montant représente trois fois le montant de l’acquisition du joaillier italien Bulgari qui était de 4,3 milliards d’euros. 

En novembre 2019, le prix de rachat était établi à 14,7 milliards d’euros soit 135 euros par action. C’est le conseil d’administration de Tiffany qui a demandé de relevé son offre initiale, une demande acceptée rapidement.

Le groupe LVMH annonce en septembre 2020 l’abandon du rachat de Tiffany citant : « une succession d’événements de nature à fragiliser l’opération d’acquisition de la société Tiffany & Co. » en référence aux événements du début d’année. Toutefois à cela se rajoute « une lettre du ministre de l’Europe et des affaires étrangères [Jean-Yves Le Drian], qui, en réaction à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis, demande au groupe LVMH de différer l’acquisition de Tiffany au-delà du 6 janvier 2021 » datée du 31 aout.

Suite à cela, Tiffany saisie la justice et accuse le groupe de Bernard Arnault de ne pas honorer ses engagements et d’avoir informé avec retard l’existence de cette lettre.

Rebondissement, le 29 octobre, le groupe LVMH annonce qu’il compte bien racheter la marque Tiffany. Cette annonce met donc fin aux actions judiciaires entamées et les deux parties ont approuvé les termes de l’accord modifié. L’opération se fera sur le rachat des actions de Tiffany à un prix de 131,5 au lieu des 135 prévu initialement. Ce qui permet au groupe d’économiser 430 millions d’euros.

Quel est l’enjeux de ce rachat ?

Il s'agit pour le groupe de pouvoir rivaliser avec Richemont dans le secteur joaillerie, détenteur de Cartier ainsi que Van Cleef et qui vient faire l’acquisition de Buccellati, une maison de joaillerie italienne. Richemont réalise 7 milliards d’euros de chiffre d’affaire en joaillerie, cela représente 51 % de son chiffre du total de son chiffre d’affaire.

Le groupe LVMH, lui, détient Tag Heuer, Chaumet, Zenith, Hublot, Fred entre autres. Ce secteur représente 4,1 milliards d’euros de CA pour le groupe. La marqueTiffany, elle, a réalisé l’année d’avant (2018) 4 milliards de CA. Ce n’est pas son seul avantage, fondée en 1837, elle est fait partie de quelques marques de luxes américaines. De plus, Tiffany bénéficie d'une notoriété internationale importante, la marque réalise 51 % de ses ventes en dehors du sol américain, le marché asiatique représente 28 % de son activité. En aout 2019, Tiffany, met un pied sur le marché indien en signant un accord avec Reliance Brands limited, le groupe du milliardaire indien Mukesh Ambani, afin d’ouvrir des magasins à Delhi et Mumbai d’ici 2020. Cette présence sur le marché asiatique peut offrir à LVMH des opportunités de développement.  Elle est en revanche peu présente en Europe qui ne représente que 11 % de son marché.

Conclusion :

C'est une affaire qui s'est donc conclue sans recours à la justice, pour la somme de 14,7 milliards d'euros, avec un rabais de 430 millions d'euros malgré la pandémie et ses répercussions économiques qui auraient pu mettre un frein fatal à cette acquisition prometteuse.

« En novembre, Tiffany et LVMH ont convenu d’une fusion de 16,2 milliards de dollars, qui verrait le joaillier rejoindre la famille LVMH. Bernard Arnault avait alors qualifié Tiffany d’« icône américaine » qui, sous sa direction, « deviendrait un peu française ».» mentionne l'article du magazine Forbes publié le 30 octobre 2020. 

A Propos de l'auteur

Helena Fronczak
Chargée de projet digital

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Groupe Quintésens Groupe QuintésensTGS France TGS France ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente | Politique de confidentialité des données

Traitement en cours... Veuillez patienter