Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

473 813 Professionnels
5 587 Offres d'emploi
1 032 780 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

473 813 Professionnels
5 587 Offres d'emploi
2 065 560 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 11/09/2019 par

Les indices PMI ne rassurent pas

Les indices PMI ne rassurent pas

 

La semaine dernière a vu la publication des derniers indicateurs PMI de l’entreprise Markit. C’est toujours un moment clé pour les marchés car, ces indicateurs « précurseurs » d’une hausse ou d’une baisse de la croissance, sont très surveillés pour leur côté prédictif.

Cela fait déjà depuis le début de l’année que ces indicateurs sont faibles voire mauvais, surtout pour le secteur manufacturier mondial. Rappelons que, un indicateur PMI faible est un indicateur proche des 50, un bon indicateur sera lui supérieur à 50 alors qu’un mauvais sera situé en deçà.

 

Le moins que l’on puisse en dire c’est que Donald Trump, armé de sa guerre commerciale avec la Chine, a impacté l’ensemble des économies mondiales. En effet, la baisse du commerce mondial est citée comme la principale raison, par Markit, de la baisse de l’indice global PMI mondial.

La traduction de ce constat est simple : la guerre commerciale commence à impacter le potentiel de croissance de l’économie mondiale en 2019. Attention !!

A cela viennent s’ajouter :

-          un ralentissement des créations d’emploi (comme en août aux Etats-Unis où 130 000 emplois privés ont été créés versus 158 000 attendus par les marchés),

-          une baisse drastique de l’optimisme des entreprises sur le commerce futur en 2019,

-          une inflation mondiale au plus bas depuis 2016 (comme en France en août où elle affiche à peine 1.2 %).

 

 

L’image dépeinte est donc très préoccupante et ne s’arrête pas là. Markit rajoute que la croissance aux Etats-Unis a ralenti depuis le début de l’année et est restée faible dans la zone Euro.

Mais la principale préoccupation reste la Grande-Bretagne avec l’incertitude du Brexit. En effet, la Grande-Bretagne affiche le PMI global le plus faible d’août 2019, un des plus faibles de ces dix dernières années ! Markit rajoute que le risque de récession pour l’économie britannique est bien réel, après un 1er trimestre 2019 où la croissance s’est contractée de 0.2 % (rappelons ici qu’une récession se traduit par deux trimestres consécutifs de croissance négative).

L’enquête mondiale résultant en la divulgation de ces indices PMI traduit une vraie inquiétude des économies développées et émergentes, liée aux différentes incertitudes dont, au panthéon, la guerre commerciale sino-américaine et le Brexit.

 

Si le constat tiré par le PMI global d’août sur l’économie mondiale est mauvais et sans appel, laissant présager un troisième trimestre particulièrement difficile pour la croissance mondiale, il est légèrement plus ambigu dans la zone Euro.

La croissance y est atone mais n’a pas baissé et Markit l’anticipe à 0.2 % au 3ème trimestre 2019. L’inflation est toujours absente alors que les créations d’emplois dans la zone diminuent à cause du ralentissement de la production, conséquence de la guerre commerciale sino-américaine.

Markit estime que toutes ces données laissent présager une intervention de la Banque centrale européenne en septembre, sans doute à coup d’une baisse du taux de dépôt (qu’ils anticipent à -0.5 % au lieu des -0.4 % actuels) et d’un nouveau programme de rachats d’actifs.

Le moment est peut-être venu de protéger ses positions afin d’éviter une éventuelle débâcle de fin d’année …

Rédigée le 10 septembre 2019

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter