Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

480 918 Professionnels
6 804 Offres d'emploi
1 036 716 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

480 918 Professionnels
6 804 Offres d'emploi
2 073 432 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 25/04/2017 par

Macron, le trait d’union entre HSBC et Paris ?

Après l’annonce de la lettre de Theresa May qui déclenche officiellement le Brexit, la City est en effervescence. Pour accéder aux marchés financiers européens, nombreuses sont les banques à chercher un substitut à Londres. HSBC a jeté son dévolu sur la capitale française, dans laquelle seront transférés 1.000 emplois. Explications

Macron, le trait d’union entre HSBC et Paris ?

La France et rien d’autre

L’appétence du groupe britannique pour Paris ne date pas d’aujourd’hui. A l’origine de l’achat du Crédit Commercial de France (CCF) en 2002, HSBC connait cette ville et ne compte pas bouleverser ses habitudes. Stuart Gulliver, Directeur Général du groupe britannique, le développe instantanément lorsque des journalistes évoquent la possibilité de s’implanter dans une autre ville d’Europe : « nous avons un service bancaire universel en France. Donc pour nous, c'est la France ». C’est ainsi que « ces traders et sales générant environ 20% des revenus de sa banque sur les marchés mondiaux » se préparent à traverser la Manche.

 

Un avenir imprévisible

Un point positif pour la France à l’image ternie sur le continent, qui n’arrive pas à convaincre les autres groupes financier de s’implanter sur son territoire : un sentiment d’instabilité fiscale et juridique pèse, bien qu’en réalité il est similaire aux concurrents européens. De plus, la difficulté des licenciements inquiète les institutions bancaires londoniennes, habituées à une rotation élevée de ses effectifs. L’environnement politique est tout aussi instable, avec des candidats tels que Marine Le Pen cherchant à s’opposer à la mondialisation avec une politique souverainiste. Souhaitant une potentielle sortie de l’Union Européenne et des marchés financiers, elle s’oppose à la logique des banques, représentée par Emmanuel Macron, avec des objectifs à visée internationale.

 

Anne Hidalgo, qui déclarait en juillet dernier croire « à la double citoyenneté économique et urbaine » en proposant un « Paris-London landing pack », veut convaincre en mettant en avant les bienfaits de l’Ile-de-France et faire de Paris « la première place financière européenne ».
A l’heure actuelle, seule HSBC s’appuie sur la capitale française pour pallier le Brexit, à l’inverse des autres institutions financières de la City, encore perplexes. Avec l’ambition de récupérer 10 000 emplois dans le secteur financier à la suite du Brexit, la France est encore loin de cet objectif. Une élection d’Emmanuel Macron ou François Fillon serait perçue par la banque de manière « entièrement positive », selon Stuart Gulliver.

 

L’histoire semble sourire aux britanniques, avec les résultats du premier tour des présidentielles ce dimanche, annonçant Emmanuel Macron, en passe de devenir le prochain Président de la République. Permettra-t-il la hausse des transferts d’emplois de la City vers Paris ?
Réponse dans les prochaines semaines.

A Propos de l'auteur

Kenzy BENMOUHOUB
Assistant Manager

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NTKACIUS KACIUS2J Associés 2J Associés ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter