Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

430 586 Professionnels
7 137 Offres d'emploi
846 631 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

430 586 Professionnels
7 137 Offres d'emploi
1 693 262 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

publicité

Publié le 16/06/2010 par

Pourquoi de telles variations des marchés financiers '

Depuis le début de l'année et partout dans le monde, les marchés financiers sont chahutés. Les raisons en sont nombreuses.

 

En Europe, l'euribord 3 mois s'inscrit en hausse, signe d'une turbulence sur le marché interbancaire. Cette tension est mise en évidence par les 350 Mds d'euros qui ont été déposés le 6 juin dernier par les principales banques de la zone euro sur un compte dépôt à la BCE...rémunéré à 0,25% l'an! Un record depuis la création de la BCE en 1999. En outre, les banques de la zone euro projettent de lever pas moins de 200 Mds d'euros d'ici 2 ans sur le marché du crédit.

 

Egalement, la défiance vis-à-vis des Etats, principalement ceux de la zone euro est palpable. Celle-ci se traduit par une hausse des rendements des emprunts d'Etat. Or, depuis quelques semaines, cette tension s'étend au marché des entreprises privées. Ainsi, les spreads de crédit (différence entre les rendements offerts par les entreprises privées et ceux des Etats de même signature) augmentent pour passer de 160 bp à environ 220 bp. Cette hausse engendre des opportunités sur le marché du crédit. Malgré ces tensions, la bourse de Francfort gagne 4% depuis le 1er janvier, pendant que le CAC 40 abandonne 7% et l'IBEX 35 de Madrid près de 19%.

Sur le plan international également, les écarts de performance sont importants. Aux Etats-Unis, l'indice Dow Jones est inchangé(toujours au 01/01/2010). Cette résistance s'explique notamment par le retour de la croissance aux Etats-Unis et à la stabilisation du chômage. Néanmoins, cette embellie risquerait d'avoir pour effet de remonter les taux directeurs outre atlantique, scénario défavorable aux marchés financiers, sauf si cette hausse est annoncée et n'excède pas le demi point de base cette année.


En Chine, il ne serait pas étonnant de voir la banque centrale remonter ses taux dans les prochaines semaines, en raison de la bulle immobilière qui est en train de se constituer dans certaines grandes agglomérations chinoises. A cet effet, le président chinois lui-même, s'est ouvertement inquiété de cette bulle sans précédent et dénouée de fondement économique. Pas étonnant dans ce contexte que la bourse de Shanghai ait dévissé de plus de 22% depuis le début de l'année. De plus, la Chine est victime de la hausse des matières premières, laquelle est génératrice d'inflation, une raison de plus pour augmenter les taux en Chine. Néanmoins, la Chine est désormais le principal relais de croissance dans le monde. Il ne faut donc pas raisonner en fonction du marché interne chinois stricto sensu, mais adopter une vision mondiale de la question. Car casser la croissance chinoise, c'est avant tout rompre l'espoir d'un retour en force de la croissance mondiale. L'actualité financière est plus que jamais rythmée par des paradoxes, dilemmes sans fin pour les grands décideurs de ce monde. Dernier exemple en date, la faible consommation des ménages en Europe et, dans une moindre mesure, aux Etas-Unis. Néfaste à première vue pour la croissance économique, les tensions inflationnistes y demeurent toutefois ténues. Or, inutile de rappeler que l'objectif principal de la BCE est de limiter l'inflation sous les 2%.Tant que cet objectif sera atteint, la hausse des taux ne sera pas d'actualié. En même temps,  l'inflation permet de diminuer la dette publique. Que de contradictions et de dilemmes, ce qui explique la nervosité et la frilosité des opérateurs de marchés ainsi que l'augmentation récente des volumes de transactions financières dans le monde.

 

Dans ce contexte, seule la bourse de Santiago flambe de 12% car le pays est exportateur de matières premières. Et oui dans un monde compliqué, il est plus que jamais indispensable de se tenir au courant des grands équilibres/déséquilibres mondiaux. En effet, si les capitaux à investir sont de plus en plus importants, il n'en demeure pas moins qu'ils n'ont jamais été aussi faciles à arbitrer. La réactivité a pris un autre sens.

A Propos de l'auteur

Marc RUSTENHOLZ
Conseiller en gestion de patrimoine chez LCL

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter