Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

391 698 Professionnels
8 325 Offres d'emploi
603 996 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

391 698 Professionnels
8 325 Offres d'emploi
1 207 992 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 12/12/2016 par

Pourquoi la Bourse n'en finit pas de monter

ÉDITO - Les places financières sont, dans l’ensemble des grands pays, euphoriques depuis plusieurs semaines. Elles semblent déjouent tous les pronostics.

Pourquoi la Bourse n'en finit pas de monter

Ni le Brexit dur, ni Donald Trump à la Maison Blanche, ni Italie sans gouvernement sous la menace de banques lourdement plombées - c’est-à-dire tous les ingrédients pour filer aux abris - n’ont l’air de faire peur aux investisseurs : Wall Street est en hausse de 12,7%, Paris de 5% en une semaine, Tokyo bat ses records historiques. Ça flambe sur les 5 continents.

Ce pied de nez s'explique par la décision des analystes de faire trois paris. D'abord, les risques politiques existent mais ils leurs paraissent très maîtrisables. Ensuite, ils veulent jouer les actions plus risquées mais très rentables. Ils ne veulent plus d’obligations, dont les rendements sont quasiment nuls. Enfin, ils considèrent que les guichets des banques centrales vont rester ouverts, et que le le monde sera toujours  inondé d’argent pas cher.

Cela signifie-t-il que ces analystes croient que l’économie va aller mieux partout ? Ils croient surtout que leurs plus grosses inquiétudes sont désormais levées. Ils anticipent une poursuite d’une forte activité aux États-Unis grâce au plan d’investissement de 500 milliards de Donlad Trump.

Ils croient aussi à un léger mieux en Europe et à un retour d'un peu d’inflation, avec le pétrole qui va encore augmenter (l'Opep a décidé de réduire les volumes et de peser sur les prix). Ils pensent que le chômage va reculer presque partout, générant plus de consommation. Autant d’arguments qui entretiennent l’euphorie en cours.

Le marchés choisissent le verre à moitié plein

L’environnement économique et politique ne fait plus peur à court terme. Il va falloir un peu de temps avant d’enregistrer concrètement les décisions du 45e président des États-Unis : ses propos contre les échanges économiques, la Chine et l’Europe, son encouragement à un Brexit dur ou ses déclarations de politique étrangère déroutantes au mieux, inquiétantes au pire.

En fait, les investisseurs considèrent qu’il va passer de l’eau sous les ponts du Potomac (le fleuve de Washington) avant que ces saillies se concrétisent. Les marchés ont choisi de voir le verre à demi plein.

La France prend déjà la vague à la Bourse. Mais la place de Paris est  en priorité connectée à l’économie mondiale grâce à ses champions du luxe, de l’aéronautique, de la défense ou de la pharmacie, qui produisent beaucoup hors de nos frontières et qui exportent tous azimuts. Si elle ne dépendait que du marché français, Paris serait en berne. La Banque de France vient de réviser en baisse se prévisions d'activités pour 2016 et 2017.

La note du jour

13/20 à Electricité de Strasbourg. Cette filiale régionale d'EDF a mis en service une centrale biomasse qui va permettre une baisse des émissions de 40.000 tonnes de CO2.

Source : RTL

A Propos de l'auteur

Maxime DUBOIS
Responsable Web Marketing chez DogFinance

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Consort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter