Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

440 891 Professionnels
8 012 Offres d'emploi
990 125 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

440 891 Professionnels
8 012 Offres d'emploi
1 980 250 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 29/10/2015 par

Quelles sont les techniques des RH pour déceler les CV frauduleux ?

Trois candidats sur quatre mentiraient sur leur CV, générant parfois un impact financier fâcheux pour leur employeur.

Quelles sont les techniques des RH pour déceler les CV frauduleux ?

«Un recrutement, c’est un peu un concours de beauté dans les deux sens » observe-t-il. Et Philippe Hemmerlé s’y connaît : depuis dix ans, il accompagne des candidats dans la conception de leur CV. « D’un côté, une entreprise est rarement totalement transparente sur les contours d’un poste à pourvoir, et de l’autre, il est normal qu’un candidat soit tenté d’enjoliver un peu la réalité, témoigne le fondateur du cabinet CV First. Mais il y a mensonge et mensonge... »

 

Formation, niveau de langues, périmètre réel des postes précédents...


Selon la dernière étude du cabinet Florian Mantione, spécialisé en ressources humaines à Montpellier (Hérault), 75 % des CV ne reflèteraient pas en toute honnêteté le parcours d’un candidat. Parmi les profils les plus « trompeurs », les managers et les commerciaux. Les principaux arrangements avec la vérité concerneraient le niveau de langue, la formation, les logiciels maîtrisés ou encore la durée et le réel périmètre des postes précédents. Le constat pourrait faire sourire s’il ne coûtait pas si cher aux entreprises concernées. « Selon nos calculs, la fraude aux compétences coûte environ un milliard d’euros par an à l’économie française et peut avoir des conséquences dramatiques pour l’employeur », assure David Goldenberg, créateur du cabinet CVTrust. Pour arriver à ce chiffre, cette start up spécialisée dans le contrôle des données évoque notamment, si le salarié s’est vraiment survendu, le manque à gagner en termes de chiffre d’affaires pour l’entreprise, le coût de son licenciement ou encore l’investissement nécessaire pour le remplacer et rétablir sa réputation…

Ce débat étonne pourtant Olivier Fécherolle. « Pendant très longtemps le CV a été un objet privé, se souvient le directeur général France de Viadeo. Quand seul le recruteur le voyait, il était plus facile pour un candidat de se survendre. » Depuis, les réseaux sociaux ont changé la donne. « Avec un profil public, il est quand même plus facile de déceler les incohérences. On a même les moyens de contacter gratuitement des membres de son carnet d’adresses pour vérifier certaines données ! »

La plupart des employeurs ne vérifient rien


Mais selon l'enquête réalisée par le cabinet Florian Mantione, trois employeurs sur quatre ne procèderaient en fait à aucun contrôle ! Faute de temps ou parce qu’ils ont baissé les bras ? « Le marché de la vérification de CV, jadis florissant, est devenu atone, confirme Philippe Hemmerlé. Il est pourtant dangereux de s’avouer vaincu. Car même si le recruteur n’a pas le temps, il doit au minimum comparer le CV d’un postulant avec ses CV postés sur d’autres jobboards pour traquer certaines différences majeures. »

« C’est un sujet en pleine mutation », reconnaît David Goldenberg. Le cabinet, qui explore d’autres méthodes de vérification, vient de lancer la solution « Smart Diploma » qui permet désormais à certains diplômés de grandes écoles comme HEC ou l’Insead de produire une attestation de diplôme infalsifiable et consultable instantanément grâce à un lien hypertexte dans son CV ou sur son profil. « C’est un début, mais cela permet déjà, sans effort, d’écarter quelques usurpateurs… »

Les 5 mesures pratiques des DRH pour déceler les CV frauduleux


Se fier à son intuition
Malgré leur volonté d’embellir leur CV pour mieux se vendre, beaucoup de candidats sont maladroits. Dès lors, il est impératif de traquer dans le CV le moindre élément un peu vague : des dates floues ou des compétences peu étayées à vérifier ensuite.

Faire une recherche préliminaire
Le CV étant souvent devenu un objet public, une démarche évidente consiste à comparer les différents profils en ligne avec le CV que l’on a entre les mains pour observer les différences majeures.

Interroger le candidat sur ses zones d’ombre
Après ces mesures, il est plus aisé d’interroger le candidat sur la réalité des faits et des compétences.

Demander des recommandations
Encore peu pratiqué en France, contrairement aux pays anglo-saxons, l’appel à un ou deux anciens employeurs est un moyen rapide et efficace de s’assurer de l’honnêteté d’un candidat.

Faire appel à un prestataire extérieur
Faute de temps, notamment pour les postes les plus stratégiques, reste l’option du recours à un cabinet professionnel qui passera la profil à la loupe…
 

A Propos de l'auteur

Alice JONET
Chargée de recrutement chez Carrevolutis

5 commentaires

sylvie marthinet
Signaler

sylvie marthinet

C'est bien les RH recrutent vérifient les CV normal jusqu'à là !! Ils sont payés pour le faire. Nous on se déplace, on se vend, on passe des tests et 3 jours après on nous appelle pour nous dire " Désolé, mais l'offre a été retirée, l'employeur verra en début d'année 2016" On vérifie comment si l'offre n'est pas frauduleuse ? Merci :)

1 | Répondre | le 30/10/2015

Pauline  debray
Signaler

Pauline debray

Sylvie ce n'est pas parce qu'un recruteur n'a pas retenu votre candidature que l'offre est frauduleuse

| Répondre | le 30/10/2015

FRANCK BICHARD
Signaler

FRANCK BICHARD

Quand un "recruteur" reçoit un CV, c'est de toute façon et dans 80% des cas dans un esprit négatif (surmenage). La question n'est pas de savoir si le CV est frauduleux ou pas. C'est de savoir si le RRH est vraiment au courant des besoins de son entreprise. Si le RRH se contente que des réunions avec son patron (qui le paye à son poste et à qui il doit rendre des comptes, aussi) ou bien est-ce que ce RRH sort il de temps en temps de son bureau pour aller visiter les différents postes de travail, interroger les salariés sur les compétences dont ils auraient besoin réellement pour les épauler dans leur travail et pour la productivité de l'entreprise ? Quand un recruteur reçoit un CV parmi les centaines qui atterrissent sur son bureau, il trie selon seulement 2 critères (pour classement vertical) :
1/ PAS assez d'expériences
2/ PAS assez de formations (de diplômes) récents
La messe est dite.

En fait les recruteurs ne cherchent pas à embaucher des demandeurs d'emploi, mais cherchent à débaucher des salariés ayant déjà un emploi et qui ne sont pas satisfaits de leur traitement ou de l'environnement dans lequel ils travaillent (ambiance relationnelle tendue, outils de travail obsolète, non reconnaissance, salaire figé depuis 5 ans, ...).

Quand à la FRAUDE, ce sont les entreprises qui la pratiquent le plus souvent. en bénéficiant des subventions du CICE sans embaucher, en bénéficiant des subventions en Zones Franches sans embaucher, en bénéficiant des subventions de contrat pro sans renouvellement du CDD, en bénéficiant des stages de formation en alternance payés (salaire) par Pôle Emploi en remerciant le stagiaire formé à l'échéance du contrat tripartite, etc. ..., etc. ...

Et je ne m'étalerai pas sur la corruption des responsables de nos régions et de notre exécutif qui favorisent et encouragent ces types de pratiques.

Fraude ? Qui parle de fraude ?
Qui veut on culpabiliser encore une fois ?

1 | Répondre | le 31/10/2015

sylvie marthinet
Signaler

sylvie marthinet

Pauline ce n'est pas mon CV qui est en question c'est l'offre nous étions 15 personnes !!
Franck merci pour toutes ces précisions sur le recrutement et le mental du recruteur elles sont importantes ! Pour l'autre paragraphe je suis d'accord avec vous :)

| Répondre | le 31/10/2015

Gabin claude HOUAG
Signaler

Gabin claude HOUAG

Le meilleur des RRH actuellement est celui qui cherche à savoir qui est capable de faire tel job comme chez les Anglo-Saxonnes les diplômes et l'expérience comptent peu. C'est la pratique qui résume tout : les recrutements se font dans les ateliers pour voir qui est capable. C'est pas les propos de ton anciens boss qui comptent au contraire ils sont très trompeur...

1 | Répondre | le 01/11/2015

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter