Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

457 604 Professionnels
7 652 Offres d'emploi
1 012 945 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

457 604 Professionnels
7 652 Offres d'emploi
2 025 890 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Chat recrutement

Horaires15:00 - 16:00 LIVEEn cours

Dogfinance

Chat spécial confinement Acte 1 : Comment se faire recruter en cette période de crise ?

Comment et où postuler durant cette période compliquée ? Les recruteurs sont-ils toujours au taquet ? Les entreprises recherchent-elles encore eur perle rare ? Comment vais-je passer mon entretien qui est prévu la semaine prochaine ? 

 

La situation évolue, mais les recrutements ne s'arrêtent pas. Les recruteurs continuent d'utiliser Dogfinance pour trouver leurs nouvelles recrues. C'est le moment pour vous de vous concentrer sur vos recherches. Pour certaines entreprises, le recrutement n’est plus la priorité en ce temps de crise et d’urgences à régler. Mais pour beaucoup d’autres, ils travaillent actuellement de chez eux et multiplient même les rencontres en visioconférence.

 

Les équipes de Dogfinance seront en ligne ce jeudi 2 avril à partir de 15h00 jusqu'à 16h00 pour répondre à toutes vos questions sur le recrutement en période de confinement : devez-vous poursuivre vos démarches ? de quelles façons ? quels moyens sont à ma disposition pour ça ? 

 

Nous tenons à vous aider à rythmer vos journées dans ce contexte particulier de confinement ! Rendez-vous jusqu'à nouvel ordre tous les jeudis après-midi de 15h00 à 16h00 pour échanger sur différents thèmes avec les équipes de Dogfinance.  

 

Vous souhaitez participer à ce chat ?

C'est simple. Inscrivez-vous et rendez-vous le jeudi 2 avril à 15h00 !

Publié le 01/04/2015 par

Rythmes paraboliques sur les marchés - Philippe Béchade VS Bruno Fine

Les taux longs allemands ont été divisés par 3 au premier trimestre. Les taux longs italiens sont eux passés de 1.95 à 1.2 (ce qui représente une pente moyenne de 7%) : "ce n'est pas tenable." Si on continue ainsi en Allemagne, Philippe Béchade a calculé que les rendements seraient négatifs sur le 10 ans le 20 mai.

"Avec les banques centrales plus rien n'est impossible."

Aux Etats-Unis, 85% des boites du s&p500 ont revu à la baisse leurs perspectives. Les raisons de ce phénomène est simple et existe depuis 2014 : "les boites [ont] une trouille bleue de décevoir parce qu'on sait qu'on est dans une bulle et que le moindre résultat peu satisfaisant est immédiatement sanctionné par des chutes abyssales. Donc on veut à tout pris prévenir un effet de déception." Au final "78% ont fait mieux que prévu" en 2014 donc il y a une "sorte de psychologie de bulle" : on sait que les cours sont trop chers, donc on ne veut pas qu'il y ait un accident.

Pour Bruno Fine en revanche, on est sur des "sous-jacents plus forts" pour les entreprises. A l'aube de 2008 : 30% de valeurs étaient considérées comme attractives sur les 2000 disponibles et elles ont monté à 40%. Néanmoins il faut faire attention car il peut y avoir une "illusion [...] d'une prime de risque sympathique" : "les taux ayant baissés, on a l'impression que la rémunération des actions est bien meilleure donc que le marché n'est pas si cher que ça."

Les performances des entreprises sont-elles alignées sur les performances des marchés ?

Pour Philippe Béchade le non est catégorique. "On pensait être en début d'année sur une pente d'amélioration de +10% des bénéfices. On a révisé ça à +15%, corrigé de l'effet euro, ce qui est purement mécanique, ça ne veut pas dire que les boites vendent plus [...] Les actions sont parties sur une pente annuelle de croissance de 80% [par an]."

"On est sur des rythmes paraboliques."

"Cela fait 4 ans que le CAC40 progresse sur l'anticipation que ça ira mieux que l'année dernière et depuis 4 ans si on prend le CAC40 Global Return, à niveau de distribution de bénéfices égal, puisqu'on distribue à peu près autant de bénéfices en 2014 qu'en 2010, le CAC 40 Global Return a doublé ! Les bénéfices n'ont pas progressé. Je dirais même mieux, ce n'est pas la masse des bénéfices qui a augmenté c'est le taux de distribution, la générosité des entreprises, qui a augmenté  on gagne moins mais on donne plus."

"Donc autrement dit on a un marché qui a doublé pour un niveau de bénéfices égal qui heureusement remonte un peu. Donc ça veut bien dire qu'il n'y a aucune corrélation entre la progression des bénéfices et la progression des cours. C'est le pur effet de flux."

Pour Bruno Fine, il y a sur longue période pourtant une adéquation, malgré qu'elle ne soit permise que par "30 à 40%" des entreprises : "Je m'explique, la création de valeur se fait sur une duration qui est de 5-7 ans. Ce n'est pas un slogan AMF, c'est un slogan réel."

 Quels sont les risques qui demeurent et qui pourraient impacter le cycle haussier des actions européennes ?

Pour Bruno Fine il y a deux choses : une correction des marchés américains des suites de l'impact de la hausse du dollar et un facteur géopolitique lié à la Russie.

Pour notre Econoclaste, les risques sont multiples et il est donc très difficile de répondre à la question. Si l'on prend l'exemple du Japon qui a bénéficié il y a déjà longtemps d'un QE : donc a eu une monnaie faible avant les autres et a vu le prix des matières premières et le prix du pétrole baisser : "exactement tout ce qu'on voit arriver en Europe, notre alignement des planètes"; et bien on a une baisse de la production industrielle, on n'a pas de croissance de la consommation et on n'a pas d'inflation."

Pour les Etats-Unis, qui ont aussi bénéficié d'un alignement des planètes, la croissance a été de 2.5-3% mais que la moitié a été réalisé par les dépenses (santé et armement).

"Les Quantitative Easing ont fait exploser les valorisations boursières mais les effets réels sur l'économie sont très faibles"

Ainsi, les QE japonais et américains n'ont pas relancé la croissance... Donc pourquoi cela serait-il différent en Europe ?

Que se passe-t-il alors dans ces cas là ?

Et bien on assiste à ce qu'il s'est passé aux Etats-Unis avec 815 milliards de fusion-acquisitions au premier trimestre 2015, ce qui est un record absolu puisque l'année record était 2007 et qu'on en est déjà presque à la moitié.

"Ca veut dire qu'il y a une fuite en avant des entreprises américaines puisque le marché ne croit pas plus que le pouvoir d'achat global"

Retrouvez l'article original sur le site des Econoclastes

A Propos de l'auteur

Raphael Becanne
Rédaction et Community Manager chez Association les Econoclastes

Aucun commentaire

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter