Fermer

  • Se souvenir de moi

Mot de passe oublié ?

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous Ici

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

438 066 Professionnels
8 795 Offres d'emploi
950 106 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Des milliers de professionnels de la finance utilisent Dogfinance pour faire évoluer leurs carrières

438 066 Professionnels
8 795 Offres d'emploi
1 900 212 Mises en relation

Networking

Retrouvez vos collègues et camarades d'études

Enrichissez votre carnet d'adresses

Echangez, Annoncez, Communiquez

Carrière

Vos contacts connaissent votre futur employeur

Affichez votre expertise : faites-vous chasser

Trouvez vos futurs collaborateurs

Inscrivez-vous gratuitement

 

5 caractères min.

  • Je souhaite recevoir des offres des partenaires Dogfinance

En cliquant sur S'inscrire ou en utilisant Dogfinance, vous confirmez avoir lu, compris et accepté les Conditions générales d'utilisation.

Publié le 25/08/2011 par

Steve Jobs quitte Apple : « Malheureusement ce jour est arrivé »

Le désormais ex-Président du groupe Apple a annoncé hier soir sa démission de son poste de Directeur Général. En arrêt maladie depuis le mois de janvier, le nouveau Président du Conseil d’Administration du groupe à la pomme laisse une charge lourde à son remplaçant Tim Cooke qui devra donner au groupe de la Silicon Valley un nouveau leader. Steve Jobs restera connu comme l’une des figures les plus marquantes de l’explosion des NTIC au niveau international. Après un retour sur sa brillante carrière, nous reviendrons sur les nouveaux défis que devra relever Apple.


Une personnalité atypique dotée d’un fort sens des affaires


Né à San Francisco d’une mère célibataire, Steve Jobs y a été adopté par une famille de la même ville et a grandi en jouant dans un lieu qui est devenu aujourd’hui la Silicon Valley, le haut lieu de l’informatique californienne.
 
Durant son adolescence, il participe à des conférences du groupe Hewlett-Packard et travaille durant un été avec Steve Wozniak qui fondera avec lui Apple quelques années plus tard. Il décide de quitter l’université après un semestre de cours et à 20 ans, il décide de partir à un voyage culturel en Inde au retour duquel il cultivera une image de végétalien.


Il commence dans la vie active en intégrant les équipes Atari comme technicien mais son fort caractère perçu comme arrogant et impétueux par ses collègues l’empêche de s’intégrer dans son labo. Par la suite il fonde avec l’aide de Steve Wozniak un club informatique. Ils ont respectivement 21 et 26 ans lorsqu’ils fondent ensemble la société Apple Computer en 1976 dans le garage de la famille Jobs.


Plusieurs raisons ont été évoquées afin d’expliquer le nom se la société à la pomme: hommage à la maison de disques des Beatles, troisième pomme de la connaissance après celles d'Ève et de Newton ou plus prosaïquement, meilleur moyen d'être en haut dans l'annuaire. Ses ordinateurs ont la particularité d’être faciles à utiliser et sont plus designs que les PC de l’époque. Cette compagnie permettra à Steve Jobs de gagner son premier million à l’âge de 23 ans et sera multimillionnaire (plus de 100 millions de dollars) à 25 ans. Son entreprise sera considérée comme l’un des exemples des start-up des années 2000. Le Macintosh verra le jour en 1984 et changera totalement la vision de l’informatique auprès du grand public. Cette notoriété permettra à Steve Jobs de débaucher l’ex vice-président de Pepsi John Sculley. C’est lors de son arrivée chez Apple que la phrase culte de Steve Jobs est restée dans les mémoires : « Voulez-vous passer le reste de votre vie à vendre de l'eau sucrée, ou voulez-vous changer le monde '».


Leur collaboration sera houleuse car Sculley tentera de prendre le contrôle de la compagnie au détriment de Steve Jobs en le cantonnant au poste de président honorifique. Steve Jobs démissionnera de sa propre compagnie en 1985 et prend la tête des studios Pixar et fonde la compagnie NexT qui aura énormément de mal à s’imposer sur le marché mais bénéficiera des débouchés de l’électronique à la fin des années 90. La compagnie sera à 400 millions de dollars par Apple. Les deux aventures de Steve Jobs de ces 12 dernières années se couronnent ainsi de succès.


De  retour chez Apple, Steve Jobs alors conseiller du président de l’époque Gil Amelio et lance l’iMac. Il est important de noter qu’il ne touche comme rémunération qu’un dollar symbolique. Sa rémunération dépend donc entièrement de la santé du groupe. Devenu président en 2000, il révolutionne le monde de la musique avec l’iPod en 2001 et iTunes en 2004. La sortie de l’iPhone révolutionne l’univers des portables en 2007. Ses dix dernières années, Steve Jobs s’est imposé comme un gourou en réussissant à faire dépendre un groupe gigantesque comme Apple de sa seule image.


Quel avenir pour le groupe'


Tim Cook, le successeur désigné de Jobs depuis 3 ans et qui a réalisé trois fois l’intérim au poste de président durant ces dernières années se voit confier une bien lourde tâche. Il doit en effet maintenir le rayonnement de la compagnie au niveau international. Heureusement pour le groupe, Cook a déjà fait ses preuves et a la réputation d’être un gestionnaire hors pair. En effet, en faisant passer la marge brute d’Apple de 27,5 % à 35% en 2010, en ayant connu un pic à 40%. Tim Cook a réussi à faire d’Apple la marque globale la plus valorisée du monde. Ce qui peut nous faire dire aujourd’hui qu’il est l’un des principaux artisans du succès financier du groupe et considère Apple comme sa plus belle réussite technologique devant IBM d’où il a été débauché par Steve Jobs.


Les performances du groupe ne devraient pas trop pâtir du départ de Steve Jobs, parce que dans un premier temps les prochaines générations des produits d’Apple sont prêtes à être livrées. De plus, les performances du groupe et son objectif de capitalisation de 1000 milliards de dollars prouvent que les perspectives du groupe sont toujours au vert. Sans oublier le fait que le départ semble programmé, si l’on repense aux rumeurs du mois prochain sur la succession du fondateur de l’entreprise on peut se douter que Steve Jobs a méticuleusement préparé son départ. Le fait que Steve Jobs en se maintenant au poste de président du conseil d’administration démontre bien qu’il compte toujours participer à la prise de décisions importantes du groupe.


Par conséquent, la chute de plus de 5% du titre d’Apple n’est pas du tout un indicateur de la santé actuelle du groupe, et cette valeur devrait remonter d’ici les prochains jours. Néanmoins, il est important de noter que la concurrence est en train de totalement changer. Le virement impressionnant d’HP qui se consacrera désormais aux logiciels et aux services. Et Google qui en rachetant Motorola s’implique un peu plus sur le marché des smartphones peuvent à terme perturber la suprématie d’Apple.

A Propos de l'auteur

Bachir AMAR
Stage en Fusions Acquisitions, fonds d'investissement, conseil (6 à 9 mois)

2 commentaires

Bachir AMAR
Signaler

Bachir AMAR

Le patron jette l'éponge malheureusement... Depuis quelques temps apple avait déjà perdu son âme. L'attitude procédurière dénote une ré-orientation récupérée par le banal, devenir puissant en oubliant ce qui faisait la caractéristique apple : avant les autres parce qu'innovant ; meilleur parce que loin devant ; une marque validée par une orientation pionnière et créative... Aujourd'hui, Apple devient mesquin ; sans doute c'est le manque de capitaine à la barre ?
Mais moi je quitte apple et passe linux....
Youna

| Répondre | le 29/08/2011

Bachir AMAR
Signaler

Bachir AMAR

À la sortie de l'iPad il a dit: « Quand les États-Unis étaient un pays rural, toutes les voitures étaient des camions. Mais quand les populations ont commencé à migrer en ville, les gens ont commencé à utiliser des voitures. Je pense que les PC vont connaître le même destin que les camions : ils seront de moins en moins utiles. »

| Répondre | le 29/08/2011

Membre anonyme

Vous publiez en tant que Membre anonyme Choix  Membre anonyme Choix Banque de France Banque de FranceConsort NT Consort NT ING Direct Membre anonyme

©2017 Dogfinance | site réalisé par Maespirit Développeurs | Mentions légales | Conditions d'utilisation | Conditions générales de vente

Traitement en cours... Veuillez patienter